Les Mugilidae des côtes ouest-africaines : identification moléculaire, phylogénie et bio-écologie du recrutement des juvéniles dans un estuaire hypersalé

par Sébastien Trape

Thèse de doctorat en Ecosystèmes

Sous la direction de Jacques Panfili et de Jean-Dominique Durand.

Soutenue en 2009

à Montpellier 2 .


  • Résumé

    La persistance de la sécheresse depuis les années 1970 en Afrique de l'Ouest a particulièrement affecté le fonctionnement des écosystèmes côtiers. Dans certains estuaires cette perturbation a engendré une inversion du gradient de salinité et l'apparition de zones hypersalées (salinité > 60). Afin d'appréhender l'impact de ces changements environnementaux sur le recrutement et la croissance des juvéniles dans les milieux estuariens, les patrons spatio-temporels de recrutement (structures de taille et distributions d'abondance) de toutes les espèces de mulets ont été étudiés dans l'estuaire inverse du Sine Saloum (Sénégal). La croissance des juvéniles a été mesurée grâce aux microstructures journalières des otolithes. La taxonomie des Mugilidae en Afrique de l'Ouest étant confuse et les critères morphométriques nécessaires à l'identification des juvéniles encore inconnus, nous avons dans un premier temps (1) élaboré une phylogénie moléculaire des espèces, (2) développé une méthode génétique pour l'identification des juvéniles et enfin (3) mis au point une clef d'identification morphométrique. Les analyses moléculaires ont révélé l'existence d'une nouvelle espèce sur les côtes ouest africaines (Chelon bandialensis) et montré que Mugil ashanteensis et Mugil metzeleaari précédemment confondues avec Mugil cephalus et Mugil curema constituent deux espèces valides. Les patrons spatio-temporels du recrutement des juvéniles ont révélé que Liza dumerili dominait très largement le peuplement en représentant 89 % des captures totales. Les décalages entre les périodes de recrutement des espèces expliquent la colonisation d'un même environnement par des espèces proches. La croissance des juvéniles de L. Dumerili, plus élevée avec les faibles salinités (moyenne 36), met en exergue les contraintes apportées par l'hypersalinisation

  • Titre traduit

    Mugilidae of the West African coasts: molecular identification, phylogeny and recruitment bio-ecology of juveniles in an hypersaline estuary


  • Résumé

    The persistence of the drought since the 1970s in West Africa has particularly affected the functioning of coastal ecosystems. This perturbation has conducted to reverse salinity gradients in some estuaries and the appearance of hypersaline areas (salinity > 60). To get some insights about the consequences of these environmental changes on the recruitment and the growth of juveniles in estuarine ecosystems, spatio-temporal patterns of recruitment (size structures and abundance distributions) of all Mugilidae species have been studied in the inverse Sine Saloum estuary (Senegal). The growth has been measured using otolith daily microincrements. The taxonomy of West African Mugilidae being confused and the morphological criteria necessary for identifying juveniles yet unknown, in a first step we have (1) carried out a molecular phylogeny of the mullet species, (2) developed a genetic method for identifying juveniles and finally (3) developed a morphometric identification key for juveniles. Molecular analyses have revealed the existence of a new mugilid species along the West African coasts (Chelon bandialensis) and shown that Mugil ashanteensis and Mugil metzeleaari previously confounded with Mugil cephalus and Mugil curema are valid species. The spatio-temporal patterns of recruitment of juveniles have revealed that Liza dumerili largely dominated the assemblage, representing 89% of the total catches. The gaps between recruitment periods of the species explain the colonisation of a same environment by close related species. The juvenile growth of L. Dumerili, higher in low salinities (mean 36), highlights constraints associated with hypersalinity

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 1 vol. (189 p.)
  • Annexes : Bibliogr. p. 164-169. Annexes

Où se trouve cette thèse\u00a0?

  • Bibliothèque : Bibliothèque interuniversitaire. Section Sciences.
  • Disponible pour le PEB
  • Cote : TS 2009.MON-163

Cette version existe également sous forme de microfiche :

  • Bibliothèque : Université de Lille. Service commun de la documentation. Bibliothèque universitaire de Sciences Humaines et Sociales.
  • Non disponible pour le PEB
  • Cote : 2009MON20163
  • Bibliothèque : Université Paris-Est Créteil Val de Marne. Service commun de la documentation. Section multidisciplinaire.
  • PEB soumis à condition
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.