Thèse soutenue

Origine, évolution et diversification des rongeurs Cricetidae au Paléogène en domaine holarctique : apport des faunes oligocènes de la région d’Ulantatal (Mongolie Intérieure, Chine)

FR  |  
EN
Auteur / Autrice : Helder Gomes Rodrigues
Direction : Monique Vianey-LiaudLaurent Marivaux
Type : Thèse de doctorat
Discipline(s) : Paléontologie
Date : Soutenance en 2009
Etablissement(s) : Montpellier 2
Jury : Examinateurs / Examinatrices : Nieves López Martínez, Lawrence J. Flynn, Cécile Blondel, Daniela Kalthoff

Mots clés

FR

Mots clés contrôlés

Résumé

FR  |  
EN

Les rongeurs Cricetidae font partie de la super-famille des Muroidea, groupe de mammifères actuels le plus florissant. Les Muroidea auraient comme groupe souche les formes paléogènes de Cricetidae. Ces derniers trouveraient leur origine en Asie à l'Eocène moyen. D'un point de vue dentaire, la perte progressive de la P4 et surtout le développement de l'antérocône sur la M1 apparaissent comme des innovations clés qui les distinguent de leurs plus proches parents, les Dipodoidea. Ce n'est qu'autour de la limite Eocène-Oligocène que les Cricetidae se diversifient avec l'apparition de la plupart des sous-familles oligocènes que ce soit en Asie, en Amérique du Nord et aussi en Europe simultanément à l'épisode de Grande Coupure. L'évolution de cette famille en Asie, habituellement moins bien connue que sur les autres continents à l'Oligocène, a été considérablement renseignée par l'étude des faunes de la région d'Ulantatal située en Mongolie intérieure (Chine). Ces formes auraient vécu dans un milieu ouvert où régnaient des conditions climatiques froides et arides. Par la présence de taxons communs avec le Pakistan, l'Asie Mineure et l'Europe, les Cricetidae d'Ulantatal témoignent également de migrations fauniques via le couloir péri-téthysien. Les Eucricetodontinae d'Asie, sous-famille paléogène la plus diversifiée, présenteraient des caractéristiques évolutives plus avancées que celles de leurs contemporains européens rappelant déjà celles des formes néogènes, que ce soit du point de vue de la morphologie dentaire ou de la microstructure de l'émail des incisives. Cette dernière approche a aussi contribué à la compréhension des relations inter-génériques avec notamment la mise en synonymie d'Atavocricetodon avec Eucricetodon. Plus généralement, la complexité des liens phylogénétiques des Cricetidae paléogènes est illustrée par les difficultés issues de la définition des sous-familles qui sont relatives à leur importante diversité taxinomique couplée à des modalités évolutives parallèles, voire partagées avec certains Muroidea actuels, tels les Spalacidae