Thèse soutenue

Hugo von Hofmannsthal (1874-1929) et l'identité autrichienne : la construction d'une identité collective de 1890 à 1918

FR  |  
EN
Auteur / Autrice : Karl Marx
Direction : Françoise Lartillot
Type : Thèse de doctorat
Discipline(s) : Langues et littératures étrangères
Date : Soutenance le 25/06/2009
Etablissement(s) : Metz
Ecole(s) doctorale(s) : Ecole doctorale Perspectives Interculturelles : Ecrits, Médias, Espaces, Sociétés (PIEMES) (Metz-Nancy)
Partenaire(s) de recherche : Laboratoire : Centre d'études germaniques interculturelles de Lorraine
Jury : Président / Présidente : Reiner Marcowitz
Examinateurs / Examinatrices : Françoise Lartillot, Alfred Pfabigan, Pierre Béhar

Résumé

FR  |  
EN

La présente étude s'intéresse à la manière dont le poète et le dramaturge Hugo Von Hofmannsthal (1874-1929) a conçu l'identité "autrichienne" au double sens du terme, à la fois comme identité de l'entité politique que constituait la partie occidentale de la monarchie habsbourgeoise (cisleithanie) et comme identité assignée au groupe des autrichiens germanophones. En s'inscrivant en faux contre une vision rétrospective, qui fait de lui un parangon de l'"austriacité", elle montre qu'il n'a pas conçu la communauté des allemands d'Autriche comme limitée et souveraine, c'est-à-dire conforme à une conception nationale moderne ultérieure, mais qu'il les a d'abord imaginés comme membres de cette communauté plus large délimitée par l'état habsbourgeois et qu'il est resté somme toute attaché à une conception traditionnelle de l'ordre politique et social. Cette étude de cas se veut ainsi une contribution à la problématique historiographique de la formation nationale des autrichiens germanophones. Dans une première partie, elle retrace les conceptions identitaires premières de Hofmannsthal de 1890 à 1901 : elle met en évidence les catégories de l'identité collective présentes dans ses réflexions esthétiques. La seconde partie est consacrée à la période qui va de 1902 à la veille de la première guerre mondiale : elle montre la politisation progressive de Hofmannsthal qui le conduit à défendre et émettre une représentation de l'Autriche, mais elle décrit aussi la force du paradigme culturel allemand pour un producteur culturel germanophone, qui va jusqu'à conditionner sa critique de la culture. La dernière partie est consacrée à la période de la première guerre mondiale, durant laquelle le problème de l'identité collective des autrichiens germanophones atteint son paroxysme