Thèse soutenue

Durabilité de la filière laitière des petits ruminants au Liban : analyse et signe de qualité label "Baladi"

FR  |  
EN
Auteur / Autrice : Rodrigue El Balaa
Direction : Michel MarieSaab Abi Saab
Type : Thèse de doctorat
Discipline(s) : Sciences agronomiques
Date : Soutenance le 10/11/2009
Etablissement(s) : Vandoeuvre-les-Nancy, INPL
Ecole(s) doctorale(s) : RP2E - Ecole Doctorale Sciences et Ingénierie des Ressources, Procédés, Produits, Environnement
Partenaire(s) de recherche : Laboratoire : Unité de recherche animal et fonctionnalités des produits animaux (Vandoeuvre-les-Nancy)
Jury : Président / Présidente : François Laurent
Examinateurs / Examinatrices : Michel Marie, François Laurent, Pierre Morand-Fehr, Jean-François Grongnet, Saab Abi-Saab, Jean-Pierre Boutonnet
Rapporteurs / Rapporteuses : Pierre Morand-Fehr, Jean-François Grongnet

Mots clés

FR  |  
EN

Résumé

FR  |  
EN

L’objectif de l’étude est d’évaluer la durabilité de la filière laitière de petits ruminants au Liban et d’identifier ses faiblesses afin de proposer des solutions garantissant sa pérennité. Les résultats d’une enquête englobant 129 éleveurs (Srour, 2006) ainsi que de trois enquêtes portant sur 15 transformateurs, 83 distributeurs et 250 consommateurs ont été agrégés en 12 paramètres représentant les trois volets de la durabilité (environnementale, sociale et économique). Les résultats ont été utilisés pour concevoir un cahier des charges englobant des solutions aux problèmes de la durabilité ; celui-ci a été validé auprès de 16 producteurs, 15 transformateurs, 17 distributeurs et 20 consommateurs. Les producteurs sont responsables de l’impact environnemental le plus important de la filière et souffrent d’une fragilité économique élevée. Les transformateurs sont caractérisés par un manque d’investissement et de politique de traitement des déchets, mais présentent les meilleures conditions sociales à leurs employés et sont les plus performants au niveau de la valeur ajoutée malgré un taux faible de croissance. Chez les distributeurs, les épiceries sont en régression face à des grandes surfaces en pleine expansion et offrant de meilleures conditions sociales à leurs employés. Les consommateurs ignorent le concept de la durabilité et basent leur confiance sur les vendeurs pour l’achat des produits traditionnels. La mise en place de cahier des charges est soutenue par son originalité, l’absence de produits similaires et la situation géographique, mais elle doit prendre en considération la réceptivité du marché (local et extérieur) et l’absence d’infrastructure spécialisée