Thèse soutenue

Emergence d'une littérature écrite dans une langue africaine : L'exemple du poulâr (Sénégal/Mauritainie)

FR  |  
EN
Auteur / Autrice : Mélanie Bourlet
Direction : Ursula Baumgardt
Type : Thèse de doctorat
Discipline(s) : Études africaines
Date : Soutenance en 2009
Etablissement(s) : Paris, INALCO

Résumé

FR  |  
EN

La thèse porte sur l’émergence d’une littérature écrite dans une langue africaine, en l’occurrence le pulaar (Sénégal/Mauritanie), l’une des variantes dialectales majeures du peul. La première partie analyse l’articulation entre l’histoire, la sociologie, le contexte politique ainsi que le statut de la langue peule par rapport à l’écriture littéraire en alphabet latin. Celle-ci s’organise en deux périodes. La première phase (1960-1989) est centrée sur l’appropriation de la langue par les intellectuels intégrant la culture dans leurs revendications nationalistes. La deuxième phase qui se prolonge jusqu’à nos jours voit l’émergence de nouveaux écrivains qui se sont appropriés l’écriture et l’ont désidéologisée, et qui sont moins politisés et plus attentifs à la question du statut de l’individu dans une société en mutation. La deuxième partie porte sur la création littéraire elle-même : une soixantaine de textes (essentiellement prose et poésie) a été recensée lors de plusieurs enquêtes au Sénégal et en Mauritanie. Face à cette abondance, le choix a été fait de centrer l’analyse sur la prose, plus particulièrement sur quatre romans de la deuxième période, afin d’illustrer la richesse des écritures à travers des auteurs déjà bien connus : Yero Dooro JALLO, Ndikkiri Joom Moolo (Ndikkiri le Guitariste), 1981 ; Ibraahiima DEM, Sahre Goonga (Le Monde de la Vérité), 1997 ; Saydu Bah, Sammba Jallo. Moni fof et feccere mum (Sammba Jallo. Chacun sa destinée), 2005 ; Mammadu Abdul SEK, Ngayngu Giɗli (L’Amour-Haine), 2004. L’annexe comprend les résumés détaillés des quatre romans et des informations biographiques sur une quinzaine d’auteurs.