Thèse soutenue

Réflexions sur la conversion juive : les implications politiques et sociales du transfert identitaire dans la première moitié du 20e siècle en Europe

FR  |  
EN
Auteur / Autrice : Yaël Hirsch
Direction : Astrid von Busekist
Type : Thèse de doctorat
Discipline(s) : Science politique
Date : Soutenance en 2009
Etablissement(s) : Paris, Institut d'études politiques

Résumé

FR  |  
EN

L'objet de cette thèse est l'étude des mutations d'identité qu'occasionne le passage du judaïsme au christianisme au 20ème siècle en Europe. La recherches porte sur la vie et les œuvres d'une trentaine d'intellectuels juifs qui se sont convertis, ou ont été tentés de le faire, comme Henri Bergson, Simone Weil, Jean-Marie Lustiger, Max Jacob, Edith Stein, Hermann Broch, Franz Rosenzweig et Etty Hillesum. L'analyse se nourrit égaleemnt d'entretiens avec une trentaine d'enfants juifs cachés dans des familles ou institutions chrétiennes. Certains d'entre eux ont été forcés de se convertir pour survivre. L'étude de ces deux populations tend à montrer que même ceux qui sont devenus des chrétiens croyants se sentent encore juifs après leur baptême. Pourquoi ne peuvent-ils pas librement quitter l'identité juive s'ils ont la foi chrétienne? Les apostats sont des figures marginales, et dans leur manière radicale de la poser, ils apportent un nouvel éclairage à la "Question juive", c'est à dire la question de la permanence de l'identité juive, même chez des juifs qui ont cessé de suivre la loi de leurs pères. A l'aide d'outils historiques, sociologiques, psychologiques, et littéraires, l'objectif est d'interroger les trajectoires de ces convertis, pour y trouver de nouvelles manières d'aborder cette question politique classique.