Thèse soutenue

La question de la langue dans les milieux des savants grecs au XIXe siècle : projets linguistiques et reformes

FR  |  
EN
Auteur / Autrice : Petros Diatsentos
Direction : Georges B. Dertilis
Type : Thèse de doctorat
Discipline(s) : Histoire
Date : Soutenance en 2009
Etablissement(s) : Paris, EHESS

Résumé

FR  |  
EN

Ce mémoire étudie la manière dont s'est construite la vision de la réforme du grec moderne, ce qu'il est nommé aussi le projet puriste, dans la seconde moitié du XIXe siècle. L'objectif est de mettre en lumière certains facteurs qui ont conduit la langue puriste (katharevousa) à un échec, à l'aube du nouveau siècle. Cette recherche porte d'abord sur la consolidation, dans la conjoncture historique des années 1850-1880, d'une idéologie qui appuie et légitime la place d'une variété archaïsante du grec moderne (katharevousa) comme langue nationale. D'autre part, il est aussi question d'étudier, dans ce cadre idéologique précis, la formation de projets linguistiques et de stratégies visant à accomplir le processus de construction d'une langue nationale. Ces projets concernent, entre autres, une série de représentations portant sur l'idée que l'on se fait de la langue cible, de sa fixation et de sa diffusion, de la perspective temporelle de la réforme, ainsi que de la place des acteurs sociaux, ou bien de la place qui est réservée à la langue vernaculaire dans ce processus. Nous constatons que la perception de l'histoire de la langue grecque et de son rôle au sein de la société a des répercussions sur la façon de définir la langue cible, sur l'orientation de la réforme et sur la hiérarchisation de ses objectifs. L'intérêt de la recherche se porte également sur les attentes et l'attitude des élites lettrées face à l'État, sur les champs où le pouvoir politique intervient, ainsi que sur ceux où il reste en retrait. En guise de conclusion, nous esquissons le cadre au sein duquel émerge le mouvement démoticiste, au crépuscule du XIXe siècle.