Thèse soutenue

La cohésion et la cohérence de l'équipe de direction comme catalyseurs du changement dans les organisations publiques : Le cas de l'Université de Quintana Roo

FR  |  
EN
Auteur / Autrice : Hugo Alejandro Cordova Diaz
Direction : Michel Fiol
Type : Thèse de doctorat
Discipline(s) : Sciences de gestion
Date : Soutenance en 2009
Etablissement(s) : Jouy-en Josas, HEC

Résumé

FR  |  
EN

Dans le cadre d’une recherche-action de dix-huit mois au sein d’une université publique mexicaine, nous essayons de comprendre comment une organisation publique, bureaucratique et fragmentée peut être orientée vers les résultats. A la lumière des résultats de José Luis Pech (2003), nous essayons de comprendre les effets du déploiement de la démarche OVAR (Objectif, Variable d’action, responsable) sur la cohésion et la cohérence de l’équipe de direction, ainsi que sur la performance organisationnelle. Notre recherche montre que la démarche OVAR produit un double jeu d’interactions : entre l’individu et la collectivité ; et entre les rationalités téléologique et axiologique du comportement des directeurs. Ces interactions rendent possible, simultanément, l’exercice de l’autorité hiérarchique et la participation ; et la responsabilité individuelle et l’engagement collectif. Par ailleurs, afin de mettre en perspective ces interactions, nous distinguons entre cohésion passive et cohésion active, cohésion procédurale et cohésion substantive. Nous proposons également une nouvelle définition de la cohérence. Pour nous, donner de la cohérence à l’action de l’équipe de direction suppose d’inscrire ses membres dans un processus d’ajustement permanent des motivations, intérêts et résultats partiels, afin de garantir la connexion logique entre les différentes fonctions des éléments d’un groupe. Cette connexion doit permettre d’assurer que les réalisations quotidiennes des objectifs individuels représentent la plus importante contribution à la réalisation des objectifs collectifs. Ainsi, la cohésion et la cohérence sont à la fois des qualités de la relation entre les membres de l’équipe de direction, et des conditions de leur action collective. Nos résultats semblent valider quatre des cinq propositions de Pech (2003) sur la relation entre cohésion et cohérence. En revanche, ils ne permettent pas de valider la deuxième proposition de Pech (2003). En effet, la cohérence peut évoluer au détriment de la cohésion : dans notre expérience, la relation entre la cohésion et la cohérence n’est pas hélicoïdale ni dialectique. Sur cette base, nous pouvons formuler les hypothèses suivantes : La cohésion et la cohérence s’influencent réciproquement de manière simultanée. La cohésion et la cohérence évoluent de manière conjointe et ont une trajectoire indépendante.