Thèse soutenue

Etude comparative du lien fécondité politiques familiales en France et en Europe : analyse statistique secondaire des données administratives et de fécondité

FR  |  
EN
Auteur / Autrice : Mamdouh Akil
Direction : Dominique Beynier
Type : Thèse de doctorat
Discipline(s) : Démographie. Sociologie
Date : Soutenance en 2009
Etablissement(s) : Caen
Ecole(s) doctorale(s) : École doctorale Littératures, cultures et sciences sociales (Caen....-2011)

Mots clés

FR

Résumé

FR

L'étude essaie d’examiner le lien entre l'indicateur conjoncturel de fécondité et les politiques familiales en France et dans quelques pays européens. Elle s'appuie sur les données d'Eurostat et celles de l'enquête permanente sur les conditions de vie des ménages réalisée par l'INSEE. L'hypothèse centrale de l'étude est que les mesures de politique familiale, en espèce et en nature, influencent le taux de fécondité. L'analyse statistique effectuée sur les données (ACP), affirme l'existence d'une corrélation positive entre les prestations familiales et l'indicateur conjoncturel de fécondité. Incontestablement, ce lien de corrélation n'est pas une causalité. En effet, un des facteurs de la fécondité est étroitement lié à la politique familiale. Les pays dont la politique familiale est la plus généreuse connaissent les taux de fécondité les plus élevés. Nous constatons qu'il y a une différence statistiquement significative (X² = 100,7453, DDL = 24, P = < 0,0001) quant aux opinions des français en fonction de leurs revenus concernant la raison « la carence d’aides financières » comme un argument qui peut pousser les couples à avoir peu ou pas d’enfants