Thèse soutenue

Diversité de la fécondité en Afrique subsaharienne depuis 1960 : le rôle de l'infécondité et de la taille des familles

FR  |  
EN
Auteur / Autrice : Roger Armand Waka Modjo
Direction : Chantal Blayo
Type : Thèse de doctorat
Discipline(s) : Démographie
Date : Soutenance en 2009
Etablissement(s) : Bordeaux 4
Jury : Président / Présidente : Chantal Blayo
Examinateurs / Examinatrices : Chantal Blayo, Alfred Dittgen, Alain Jourdain, Bernard Conte
Rapporteurs / Rapporteuses : Alfred Dittgen, Alain Jourdain

Mots clés

FR

Mots clés contrôlés

Résumé

FR  |  
EN

Dans les années 1960 il existe en Afrique subsaharienne une hétérogénéité du niveau de fécondité, marquée principalement par des niveaux plus faibles dans les pays d'Afrique centrale, qui s'explique par une moindre fécondité des naissances des premiers rangs. Cette plus faible fécondité des naissances de premiers rangs étant due à des raisons sanitaires qui ont conduit à une plus forte proportion de femmes stériles. La mise en place dès la fin des années 1960, des politiques sanitaires visant à réduire la stérilité et à améliorer la santé maternelle et, le rejet de certains tabous vont conduire à observer jusqu'au milieu des années 1980 une hausse du niveau de fécondité dans ces pays. Ce qui va réduire les écarts de niveau de fécondité qui existaient entre les pays d'Afrique centrale (Cameroun par exemple) et ceux des autres sous régions (Kenya, Mali, Niger et Zimbabwe par exemple). Ces politiques vont profiter essentiellement aux naissances des quatre premiers rangs dont on observe également une hausse au cours de cette même période et principalement au fil des générations. Aujourd'hui la situation n'est pas comparable à celle des années 1960, tous les pays ayant entamé leur transition, la différence de niveaux de fécondité s'explique par des différences dans la période et/ou la vitesse de la transition qui se manifeste par des inégalités concernant l'âge au premier mariage, les niveaux de la mortalité infantile, de pratique contraceptive moderne te de pratique de la polygamie. Ces facteurs à leurs tours conduisent à des différences concernant les naissances de rang supérieur ou égal à quatre.