Thèse soutenue

Etude des mécanismes cellulaires et moléculaires du ranélate de strontium sur l'ostéoclaste

FR  |  
EN
Auteur / Autrice : Anne-Sophie Lemaire-Hurtel
Direction : Michel Brazier
Type : Thèse de doctorat
Discipline(s) : Sciences et santé. Pharmacologie. Biologie cellulaire et moléculaire
Date : Soutenance en 2009
Etablissement(s) : Amiens

Résumé

FR  |  
EN

Le ranélate de strontium (RS, Protelos®, Servier, France) est une molécule anti-ostéoporotique présentant une double activité antirésorptive et ostéoformatrice permettant ainsi de rééquilibrer le métabolisme osseux en faveur de la formation. Nous avons confirmé, à partir de différents modèles expérimentaux (ostéoclastes matures, RAW 264. 7 et PBMC) les effets du RS sur les étapes déterminantes de la vie des ostéoclastes, à savoir leur différenciation, leur capacité à résorber la matrice osseuse et leur mise en apoptose. Dans un second temps, et en parallèle d’expériences menées sur le calcium, nous nous sommes attachés à étudier la voie de signalisation intracellulaire impliquée dans l’apoptose induite par le RS. Comme cela avait déjà été décrit pour le calcium, nous avons démontré que le récepteur sensible au calcium était impliqué dans l’apoptose des ostéoclastes induite par le RS. Ces expériences ont également permis de montrer que les voies de signalisation impliquées dans l’apoptose des ostéoclastes induite par le calcium et le strontium étaient différentes. Le calcium induit l’apoptose ostéoclastique par la voie de signalisation IP3-dépendante alors que le strontium agit par la voie DAG- PKCβ2 dépendante. Cette différence de mécanisme d’action, en aval du récepteur sensible au calcium, pourrait être à l'origine des effets additifs du Sr2+ et du Ca2+ comparés aux effets de chaque ion divalent pris isolément. Lors du traitement par Protelos®, le strontium cumulerait ses propres effets à ceux du Ca2+, renforçant leur action suppressive respective sur le processus de résorption osseuse, et expliquant en partie l’augmentation de la masse osseuse et la réduction des fractures observée chez les patientes traitées.