Thèse soutenue

Territoires, troupeaux et biomasses : enjeux de gestion pour un usage durable des ressources au Nord-Cameroun

FR  |  
EN
Auteur / Autrice : Aimé Landry Dongmo
Direction : Jean LossouarnPatrick Dugué
Type : Thèse de doctorat
Discipline(s) : Agronomie et Zootechnie
Date : Soutenance en 2009
Etablissement(s) : Paris, AgroParisTech
Jury : Président / Présidente : Serge Bahuchet
Examinateurs / Examinatrices : Aboubakar Njiassé Njoya, Georges Serpantié
Rapporteurs / Rapporteuses : Alain Bourbouze, Francis Ganry

Mots clés

FR

Résumé

FR  |  
EN

Au Nord-Cameroun à l’instar de l’Afrique soudano sahélienne, les sécheresses et la forte pression démographique, ont favorisé l’afflux des agriculteurs et la sédentarisation des éleveurs sur des zones plus humides et moins saturées. Les agriculteurs y font face aujourd’hui à la baisse continue des rendements agricoles et les éleveurs, aux difficultés d’alimentation du bétail. Le suivi de leurs systèmes de culture et d’élevage, et l’analyse des interactions qui existent entre eux, ont montré la nécessité de mieux gérer les biomasses. La fumure organique est très limitée sur le sol des agriculteurs, alors qu’elle est nettement très élevée sur celui des éleveurs du fait de l’important cheptel bovin qu’ils y parquent. Les rendements en biomasse de ces derniers sont plus importants que ceux des agriculteurs, mais sur des superficies plus réduites. Grâce au droit de vaine pâture ces éleveurs alimentent leur bétail en saison sèche à partir des résidus de cultures produits par les agriculteurs. Le reste de l’année, une partie du cheptel transhume, tandis que l’autre, reste sédentaire sur le terroir et s’alimente difficilement. L’offre locale de la biomasse cultivée est influencée à la fois par les pratiques des agriculteurs (fumure organique, fertilisation minérale) et par celles des éleveurs (vaine pâture). Différents modes de gestion des biomasses sont proposés pour améliorer à court terme (compost produit en bordure du champ, fumier produit à l’étable, en fosse ou sur parc fixe, association des cultures) ou à moyen terme (systèmes de culture sur couverture végétale), la production. Pour raisonner et accompagner leur diffusion, différents modèles conceptuels sont développés.