Thèse soutenue

Les plantes envahissantes des corridors fluviaux : traits biologiques, impacts de Ludwigia péploides et L.grandiflora en Loire moyenne et implications pour la gestion.

FR  |  
EN
Auteur / Autrice : Brigitte Ruaux
Direction : Jean-Pierre BertonJacques Haury
Type : Thèse de doctorat
Discipline(s) : Sciences de la vie, spécialité Ecologie
Date : Soutenance le 04/12/2008
Etablissement(s) : Tours
Ecole(s) doctorale(s) : Ecole doctorale Santé, sciences, technologies (Tours)
Partenaire(s) de recherche : Equipe de recherche : Centre de recherches Ville société territoire (Tours) - Cités Territoires Environnement et Sociétés (Tours ; 2004-....)
Jury : Président / Présidente : Serge Muller
Examinateurs / Examinatrices : Alain Dutartre, Sabine Greulich, Lucien Maman
Rapporteurs / Rapporteuses : Jean-Bernard Lachavanne, Eric Tabacchi

Résumé

FR  |  
EN

Dans le bassin de la Loire, et plus particulièrement en Loire moyenne, deux espèces de Jussies (Ludwigia peploides (Kunth) Raven subsp. montevidensis (Spreng.) Raven, L. grandiflora (Michx.) Greuter & Burdet subsp. hexapetala (Hook. & Arn.) Nesom & Kartesz) amphiphytes exotiques invasives colonisent principalement les annexes hydrauliques et les grèves du lit endigué. Cette thèse étudie la biologie (reproduction, implantation, dissémination, …) de ces deux taxons, leurs impacts sur les communautés végétales et animales (macroinvertébrés aquatiques) afin de mieux adapter leur gestion. Les résultats des suivis de terrain et des expérimentations in situ et ex situ démontrent en particulier : (i) des différences entre les deux espèces concernant leurs traits reproductifs et leur développement sur les annexes hydrauliques et les grèves, (ii) la possibilité d’un cycle de reproduction sexuée complet sous le climat ligérien, (iii) un impact nul sur les communautés végétales d’hydrophytes mais négatif sur les communautés riveraines étudiées, (iv) peu de différences entre la diversité et la structuration des communautés d’invertébrés dans les herbiers de macrophytes autochtones et exotiques. A partir de ces résultats, nous proposons de mettre en oeuvre un protocole de veille et de gestion des Jussies dans les deux types d’habitats (annexes hydrauliques et grèves), en intégrant tout particulièrement la nouvelle donnée de forte probabilité de reproduction sexuée.