Thèse soutenue

La perception des risques : trois études comparatives Europe versus Afrique

FR  |  
EN
Auteur / Autrice : Lonzozou Kpanake
Direction : Étienne Mullet
Type : Thèse de doctorat
Discipline(s) : Psychologie
Date : Soutenance en 2008
Etablissement(s) : Toulouse 2

Mots clés

FR

Résumé

FR  |  
EN

La thèse présente englobe trois études. La première a examiné l’impact des couvertures médiatiques sur la perception des risques sociétaux en comparant les estimations des risques des villageois Togolais (N = 304) n’ayant pas accès aux médias, avec celles des citadins Togolais (N = 341), ayant accès aux médias, et puis avec celles des Français (N = 795). La moyenne des estimations des risques observées chez les villageois Togolais (m = 25. 18) est inférieure à celle des citadins Togolais (m = 38. 90), et inférieure à celle des Français (m = 45. 61). Les associations linéaires observées entre les estimations des villageois Togolais et celles des citadins Togolais (0. 75), et celles des Français (0. 65) sont moins fortes que celles observées entre les citadins Togolais et les Français (0. 92). Une majoration de 15% de l’ensemble des estimations est attribuable à l’impact des médias, et explique 31% de la variance des estimations de risques. La deuxième étude a examiné les connaissances liées à l’hépatite C auprès de la population Togolaise en comparant les estimations aux assertions relatives à l’hépatite C entre les Togolais (N = 312), les Français (N = 722), et les Experts médicaux (N = 14). Les différences entre les estimations des Français et celles des Experts (22. 2%) sont légèrement inférieures aux différences entre Togolais et Experts (29. 3%), leurs associations linéaires sont très fortes (0. 91). La troisième étude a d’abord examiné les connaissances des risques associés à la dépigmentation de la peau auprès des personnes qui la pratique au Togo (N = 300). De très importantes sous-estimations des risques ont été observées. Les motifs qui sous-tendent la pratique de la dépigmentation ont ensuite été examinés, par l’approche de la Théorie du Renversement. Les huit styles fondamentaux de la théorie ont été observés, et quatre se sont révélés les plus dominants. La dépigmentation de la peau se pratique dans le but de paraître important, d’être séduisant, par désir d’une couleur de peau clair, et par effet de mode. La dépigmentation n’est pas l’expression d’une opposition à la culture africaine, ou à sa communauté, ni un acte de complaisance pour autrui. Elle est souvent associée à des projets professionnels.