Thèse soutenue

Histoire des idées sur l'évolution de l'homme

FR  |  
EN
Auteur / Autrice : Claude Stoll
Direction : Jean-Marie VetterJean-Claude Gall
Type : Thèse de doctorat
Discipline(s) : Sciences de la vie. Médecine.
Date : Soutenance en 2008
Etablissement(s) : Université Louis Pasteur (Strasbourg) (1971-2008)

Mots clés

FR

Mots clés contrôlés

Résumé

FR  |  
EN

RESUMÉ : Jusqu’au 18ème siècle théologiens et philosophes débattaient de la question de l’émergence de l’humanité. La Genèse proposait que la Terre a 6. 000 ans. Vers 1766, Buffon envisage un âge plus ancien, 3 millions d’années et la possibilité d’une descendance des espèces à partir d’ancêtres communs. En 1809, Lamarck propose une création continue des êtres les plus simples et leur transformation progressive, les circonstances étant responsables de la diversité des espèces. Dès 1833, Etienne Geoffroy Saint-Hilaire envisage des liens de descendance entre les espèces disparues et les espèces actuelles. 1859 est marqué par la publication par Darwin de l’Origine des espèces qui propose une théorie évolutionniste qui fait intervenir la variation et la sélection. Toutefois, avant Darwin, Wallace avait fait une proposition analogue dès 1855. En 1874, Haeckel situe l'origine de l'homme à l'Eocène et fait du Pithécanthrope une forme de passage entre les grands singes et l'homme, le chaînon manquant. En 1902, le mutationnisme marque un tournant dans la compréhension des mécanismes de la spéciation. Entre 1930 et 1950 la recherche d’un consensus va aboutir à la théorie synthétique de l’évolution qui sera complétée, vers 1970 par la théorie neutraliste et par évo-dévo. L'émergence de l'homme, d'après les données de la paléontologie, est encore très discutée. Parmi les nombreux scénarios proposés depuis les années 1980, le plus courant est celui d'un ancêtre sorti d'Afrique il y a près de 2 millions d’années. Les résultats du caryotype et de la biologie moléculaire ont démontré que les génomes de l’homme et du chimpanzé diffèrent très peu. Ces dernières années on a essayé de faire une synthèse de données divergentes. Si les analyses génétiques suggèrent que l'homme et le chimpanzé forment un groupe-frère, elles ont révélé un paradoxe : il y a un décalage entre l'histoire des gènes, leur divergence, et l'histoire des espèces, la spéciation. De nombreux scénarios d'hominisation ont été proposés.