Thèse soutenue

Polysaccharides pariétaux de trois plantes africaines : caractérisation structurale et activité biologique

FR  |  
EN
Auteur / Autrice : Sophie Aboughe Angone
Direction : Azeddine Driouich
Type : Thèse de doctorat
Discipline(s) : Biologie cellulaire
Date : Soutenance en 2008
Etablissement(s) : Rouen

Résumé

FR  |  
EN

La paroi de la cellule végétale est une structure complexe et dynamique. Elle est principalement composée de polysaccharides (cellulose, pectines et hémicelluloses) et de glycoprotéines comme les arabinogalactanes-protéines. Les polysaccharides sont des macromolécules composées exclusivement d'oses. Ils assurent d'importantes fonctions in Planta comme la régulation de la croissance et la morphogenèse cellulaire ou la défense contre les stress biotiques et abiotiques. De plus, il est largement décrit que les polysaccharides pariétaux des plantes sont dotés de propriétés pharmacodynamiques, permettant leur valorisation dans le domaine de la santé. Dans ce travail, nous nous sommes intéressés à la caractérisation structurale des polysaccharides pectiques et hémicellulosiques des feuilles de Fleurya aestuans et de Phragmenthera capitata, deux plantes gabonaises utilisées en médecine traditionnelle, et des fruits d’Argania spinosa, une plante endémique du sud du Maroc, utilisée pour son huile et ses nombreuses propriétés médicinales. Nous avons également testé l'activité immunostimulante (e. G. Prolifération des cellules lymphocytes B humaines) des différentes fractions polysaccharidiques caractérisées. Nos résultats montrent que la quantité et la qualité des polysaccharides hémicellulosiques et des rhamnogalacturonanes (RG) sont différentes entre ces trois plantes. En particulier, l'analyse du xyloglucane (XyG) montre que chez Fleurya aestuans ce polymère présente deux types de polysaccharides : un XyG de type XXXG dans lequel les chaînes latérales sont substituées par des résidus xylose, galactose et fucose ; et un XyG de type XXGG dont les chaînes latérales contiennent des résidus galactose terminaux. Chez Argania spinosa le XyG est également riche en galactose. L'analyse des RG suggère que la chaîne principale du RG-I est plus longue chez Fleurya aestuans par rapport aux deux autres espèces. Ce polysaccharide semble également être hautement substitué par des chaînes latérales d'arabinogalactanes chez Phragmenthera capitata et Argania spinosa. Par ailleurs, les tests d’immunostimulation montrent que les deux fractions hémicellulosiques solubles et insolubles issues de la paroi des feuilles de Fleurya aestuans ont une activité sur la prolifération des cellules lymphocytes B humaines. Par contre la fraction pectique issue de cette plante et les fractions polysaccharidiques issues des deux autres plantes (Phragmenthera capitata et Argania spinosa) n'ont montré aucune activité.