Une investigation sur la crise dans un pays de la périphérie : l'économie argentine de la croissance à la crise, 1991-2002

par Mariano Féliz

Thèse de doctorat en Sciences économiquesSciences économiques

Sous la direction de Pierre Salama et de Julio Cesar Neffa.

Soutenue en 2008

à Paris 13 en cotutelle avec l'Universidad de Buenos Aires .


  • Résumé

    Cette recherche vise l'étude de la crise du processus de valorisation du capital qui a commencé en Argentine á l'année 1991 et a conclu violemment entre 2001 et 2002. À cet effet on part d'une présentation de l'abordage méthodologique qui nous permet de rendre compte de la crise récente de l'économie argentine en tant que processus lié aux caractéristiques générales de la dynamique de reproduction du capitalisme dans un pays périphérique. Cela dit, nous développons les fondements de la nécessité logique et historique de la crise argentine contre sa simple contingence. Deuxièmement on discute à travers la critique les différents abordages ayant traité l'étude de cette crise. Nous présentons l'abordage néo-classique, le néo-keynésien, le régulationniste, et le marxiste et nous analysons leurs forces et faiblesses. Troisièmement on avance sur le développement (logique et historique) de la tendance à l'accumulation de capital en Argentine à partir de 1991. Nous montrons que ce processus a son fondement dans la relation capitale et qu'à partir de lui on peut comprendre, dans les conditions concrètes de l'expérience argentine, le processus menant à la nécessité de la crise: la tendance à la chute dans le taux de profit. Cette tendance qui unit l'augmentation dans la productivité du travail et la composition organique du capital, déplacement du travail vivant des processus de production, conduit à la dévalorisation nécessaire des marchandises et avec cela à la crise généralisée. Quatrièmement, on avance dans la discussion du principal contre-mouvement à la tendance principale implicite dans le processus à succès d'accumulation de capital qu'a traversé l'Argentine entre 1991 et 1998: la tendance à l'augmentation dans le taux d'exploitation. On discute la relation entre l'accumulation de capital, la exploitation croissante du travail et la décomposition et recomposition du principal sujet antagoniste au capital: le travail en tant que forme sociale. Cinquièmement, on réalise le passage nécessaire à un niveau plus concret de l'analyse en abordant le déplacement des contradictions réelles de la production à la sphère de la circulation ou de la reproduction du capital à échelle sociale. À ce point, on étudie l'articulation entre la tendance au déplacement du travail vivant et la demande globale de marchandises à échelle nationale. Comme notes finales on analyse la sphère du marché mondial en tant qu'espace concret de déplacement temporel des contradictions du capital. On explique ici pourquoi la crise qui se présente comme ayant origine dans cet espace (la circulation extérieure,les exportations), se fondement en réalité dans la production de capital. Pour finir, on analyse l'articulation entre le processus de valorisation réussie du capital et la tendance à la dévalorisation des marchandises, avec une des formes de manifestation de la crise argentine: la dévaluation du peso. On étudie la relation existante entre la détermination du type de change et la valorisation du capital. On discute les tendances concrètes de l'économie argentine dans les années quatre-vingt-dix et nous montrons comment la dévaluation de la monnaie entre 2001 et 2002 a été le résultat nécessaire du propre processus de valorisation réussie de la période antérieure et de sa crise.

  • Titre traduit

    A study on the crisis in a peripheric country : Argentina’s economy from growth to crisis, 1991-2002


  • Résumé

    This research looks to study the crisis of the process of capital valorization initiated in Argentina in 1991 and violently concluded between 2001 and 2002. To that aim we begin with a presentation of the methodological framework that will allow as to account for the recent crisis of Argentina as a process tied to the general caracteristics of the dinamic reproduction of capitalism in a periferical country. That is, we develop the fundamentals for the logical and historical need for Argentina’s crisis as contrary to its mere contingency. In second place, we present a critical discusión of the diferent frameworks that have been used before in the study of this crisis. We present the neoclassical explanation, the neokeynesian explanation, the regulationist explanation and the marxist explanation, analizing there strengths and weaknesses. Thirdly we advance in the (logical and historical) development of the tendency of capital acummulation in Argentina from 1991. We show that this process has its fundaments in the capital relation and that from it we can comprehend, in the concrete conditions of Argentina’s experience, the process that lead to the need of the crisis: the tendency for the profit rate to fall. This tendency that ties the increase in labor productivity and the organic composition of capital (the displacement of living labor from the processes of production), leads the economy to the need for the desvalorization of all merchandises and with that to generalized crisis. Forthly, advance in the discussion of the main counter-tendency to the main tendency implicit in the successful process of capital accumulation that Argentina went through between 1991 and 1998: the tendency to the increase in the ratio of explotation. We discuss the relationship between capital acummulation, growing labor exploitation and the decomposition and recomposition of the main antagonist subject to capita: labor as a social form. Fifth, we develop the necessary passage to a more concrete level of analysis, taking on the displacement of real contradiction in production to the sphere of circulation or the reproduction of capital at a social scale. In this instance, we study the articulation between the tendency to the displacement of living labor and the global mercandise demand at a national scale. As a complement we analize the space of the world market as a concrete space of the temporal displacement of capital’s contradictions. Here we explain why the crisis presents itself as caused within this space (external circulation, exports), while in reality it is funded in the production of capital. At last, we analize the articulation between the process of successful capital valorization and the tendency to the disvalorization of merchandises, with one of the forms of manifestation of Argentina’s crisis: the devaluation of the Peso. We study the realationship that exists between the determination of the exchange rate and capital’s valorization. We discuss the concrete tendencies of Argentina’s economy in the nineties and show how the devaluation of the currency between 2001 and 2002 was the necessary product of the previous process of successful valorization of capital and its crisis.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 2 vol. (55-309 f.)
  • Annexes : Bibliogr. f. 285-309

Où se trouve cette thèse\u00a0?

  • Bibliothèque : Université Paris 13 (Villetaneuse, Seine-Saint-Denis). Bibliothèque universitaire.
  • Disponible pour le PEB
  • Cote : TH 2008 062

Cette version existe également sous forme de microfiche :

  • Bibliothèque : Université de Bordeaux. Direction de la Documentation. Bibliothèque Universitaire Droit, science politique,économie.
  • Disponible pour le PEB
  • Cote : MFT 08/PA13/1008
  • Bibliothèque : Université Toulouse 1 Capitole. Service commun de la documentation. Bibliothèque de la Manufacture des tabacs.
  • Consultable sur place dans l'établissement demandeur
  • Cote : GM1631-2008-8
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.