Thèse soutenue

Participation des femmes en couple au marché du travail : une comparaison européenne

FR  |  
EN
Auteur / Autrice : Cyriaque Edon
Direction : Georges BressonThierry Kamionka
Type : Thèse de doctorat
Discipline(s) : Sciences économiques
Date : Soutenance en 2008
Etablissement(s) : Paris 2

Mots clés

FR

Mots clés contrôlés

Résumé

FR

Nous étudions empiriquement la dynamique de l'offre de travail féminin au cours du cycle de vie afin de mieux comprendre les décisions d'activité à court et long terme, et d'en appréhender les raisons. Enfin, une comparaison européenne permet d'y replacer le comportement des salariées françaises tout en soulignant certaines spécificités institutionnelles et individuelles. Nous évaluons, dans un premier temps, à l'aide de l'ECHP (European Communitiy household Panel) et de l'économétrie de comptage, durant la période 1994 à 2001, le nombre de transitions entre l'activité et l'inactivité des femmes vivant en couple en France, en Allemagne, en Angleterre et au Danemark. Les résultats de cette première analyse laissent entrevoir une certaine dynamique dans le comportement d'activité des femmes vivant en couple. Ensuite, nous estimons, par la méthode du maximum de vraisemblance simulée, un modèle Probit dynamique à effet aléatoire sur une base annuelle en tenant compte du problème des conditions initiales. La décision de participation des femmes en couple dépend des caractéristiques individuelles (observables ou non) et est caractérisée par une dépendance de l'état. Nous montrons aussi l'importance de la fertilité et de la composante permanente du revenu du conjoint dans la décision de participation. Enfin, nous estimons, sur ces mêmes données, un modèle probit bivarié dynamique à effet aléatoire. Nos résultats suggèrent que les décisions d'emploi et de fécondité ne peuvent être modélisées séparément. La différence de fécondité à l'intérieur des pays sont expliquées par les caractéristiques observables et par l'effet individuel. Tandis que celle observée entre les pays s'explique exclusivement par l'hétérogénéité observable.