Thèse soutenue

Mort cellulaire et maladie de Pakinson : rôle de la synphiline-1, de la parkine et de DJ-1

FR  |  
EN
Auteur / Autrice : Émilie Giaime
Direction : Frédéric Checler
Type : Thèse de doctorat
Discipline(s) : Biologie cellulaire et moléculaire
Date : Soutenance en 2008
Etablissement(s) : Nice
Ecole(s) doctorale(s) : École doctorale Sciences de la vie et de la santé (Sophia Antipolis, Alpes-Maritimes)

Mots clés

FR

Mots clés contrôlés

Mots clés libres

Résumé

FR  |  
EN

La maladie de Parkinson (MP) est un syndrome neurodégénératif, caractérisé par une dégénérescence spécifique des neurones dopaminergiques de la substance noire, associée à la présence d’inclusions cytoplasmiques appelées corps de Lewy. Les formes familiales résultent de mutations portées par: la parkine (PK), DJ-1, PINK1, l’-synucléine, l’UCHL1, et LRRK2. Ces mutations s’accompagnent d’un dysfonctionnement du système ubiquitine-protéasome, de la mitochondrie ainsi que d’une augmentation du stress oxydatif induisant une mort neuronale par apoptose. Au cours de mon travail de thèse, je me suis intéressée à la synphiline-1, un partenaire de l’-synucléine, et à deux protéines impliquées dans les formes récessives de la MP, DJ-1 et la PK. Je me suis consacrée à l’étude de leurs fonctions physiologiques, ainsi qu’à leurs implications dans les processus apoptotiques. Ainsi, j’ai déterminé que ces protéines réduisent l’activité de la caspase-3 induite par différents stimuli. Ce rôle protecteur passe par la régulation de la voie dépendante de p53. De plus, j’ai identifié DJ-1 et la synphiline-1 comme étant substrats des caspases, mais aussi que les fragments C-terminaux issus de ce clivage portent leurs activités biologiques. Parallèlement, j’ai étudié des aspects de la régulation transcriptionnelle de DJ﷓1 et de la PK par le facteur de transcription p53. J’ai mis en évidence une boucle de régulation entre p53, DJ-1 et la PK. J’ai montré que ces deux protéines sont capables de réguler l’expression de p53. De plus, j’ai déterminé que la PK régule positivement DJ-1, et que ce contrôle s’effectue via la régulation transcriptionnelle de DJ-1 par p53.