Thèse soutenue

Aspects cliniques et épidémiologiques des infections à virus de l'hépatite B en République Centrafricaine

FR  |  
EN
Auteur / Autrice : Claudine Bekondi
Direction : Alain Le FaouChantal Finance
Type : Thèse de doctorat
Discipline(s) : Génomique
Date : Soutenance le 22/01/2008
Etablissement(s) : Nancy 1
Ecole(s) doctorale(s) : BioSE
Partenaire(s) de recherche : Laboratoire : laboratoire de Virologie, CHU de Nancy
Jury : Examinateurs / Examinatrices : Claude P. Muller, Jean-Pierre Bronowicki, Marie-Annick Buendia, Alain le Faou, Chantal Finance
Rapporteurs / Rapporteuses : Nikolaus Müller-Lantzsch, Françoise Stoll-Keller

Mots clés

FR

Résumé

FR  |  
EN

La population du virus de l’hépatite B (VHB) a été classée en huit génotypes allant de A à H. Des études récentes ont montré que le génotype E du VHB (VHB/E) prédomine sur un vaste territoire allant du Sénégal à l'Angola. La République centrafricaine (RCA) est située en zone de forte endémie où la prévalence de l’infection chronique par le VHB est estimée à 15,4% chez les adultes. Une étude menée chez 196 patients atteints d’hépatite B chronique a permis d’obtenir 66 séquences complètes ou partielles d’ADN des VHB. L’analyse phylogénétique a montré que 62 souches appartenaient au génotype E, une au génotype A1 et 3 au génotype D. Une souche était un recombinant des génotypes E/D. Comme dans la plupart des pays d’Afrique Sub-saharienne le génotype E du VHB prédomine nettement en RCA, avec une faible variabilité (1,67%) sur l’ensemble des souches du génotype E déjà décrites. Ces résultats sont en faveur d’une introduction récente du génotype E dans l’espèce humaine avec un essaimage rapide dans les populations concernées. Une origine simienne de ces souches est possible étant donné les identités de séquences entre l’ADN du VHB/E et l’ADN du VHB du chimpanzé. La deuxième partie du travail est une étude clinique et biologique chez 68 patients hospitalisés pour une suspicion de carcinome hépatocellulaire (CHC). Tous les patients recrutés (100%) étaient infectés par le VHB. L’échographie a permis de confirmer un CHC chez 43 patients et la cytoponction a permis un diagnostic de certitude chez 14 malades. L’antigène HBs (AgHBs) était présent chez 10 de ces 43 patients et 7 sur ces 10 étaient co-infectés par le VHD. La moyenne du dosage de l’alpha-foetoprotéine était de 10394 UI/mL. Chez les 25 autres patients, 21 avaient de l’AgHBs, parmi ceux-ci 11 étaient co-infectés par le VHD. La moyenne du dosage de l’AFP était de 9 UI/mL. Le CHC est donc fréquent en RCA et les patients consultent à un stade terminal de la maladie. Ce travail confirme aussi la relation entre VHB et CHC en RCA. Le VHD est associé aux formes graves d’hépatite B chronique. Les prélèvements de sérum et de lésions hépatiques qui ont été obtenus permettront par la suite d’étudier la variabilité du gène X et ses relations avec le CHC.