Thèse soutenue

L'invention du système multiconfessionnel au Liban

FR  |  
EN
Auteur / Autrice : Valérie Azhari
Direction : Serge Berstein
Type : Thèse de doctorat
Discipline(s) : Histoire
Date : Soutenance en 2008
Etablissement(s) : Paris, Institut d'études politiques

Résumé

FR  |  
EN

Le Liban est une terre du Proche-Orient, au carrefour des civilisations, où, notamment, se situe sur son littoral une chaîne de montagnes (le Mont Liban et l’Anti-Liban) formant une sorte de couloir « fertile » entre l’Europe, l’Afrique et l’Asie. Passage forcé des caravanes marchandes, d’invasions ou d’échanges de toutes sortes, le pays a été enclin, depuis les premières civilisations formées, à composer avec les forces régionales et, en même temps, à servir de refuge, dans ce sanctuaire qu’est cette chaîne de montagne du Mont Liban, pour tout groupe social (ethnique, culturel ou religieux) opprimé. Dès le XIX è siècle, le Mont-Liban applique un régime administratif conféssionnel. En effet, druzes et maronites qui forment les deux communautés de la montagne se partagent le pouvoir de la "principauté" sous un régime appellé "la Moutassarifiah". En 1920, le Grand-Liban naît. Désormais il y a plusieurs communautés différentes qui se côtoient dans ce jeune Etat. Jusqu'en 1943, les Libanais sont sous mandat français. Mais à partir de ce moment là, ils trouvent que c'est le moment de se détacher de cette tutelle. Les acteurs de l'indépendance vont mettre en place un modèle de gouvernance original, ou les différentes communautés se partagent le pouvoir et l'administration. C'est le Pacte national qui scelle ce système multiconfessionnel. Mais celui-ci va se révéler au cours des années assez fragile. Les intérêts de chaque communautés vont peu à peu entraver la cohabitation. Le Pacte national, va s’affaiblir et s'effriter au fur du temps jusqu’à éclater en 1975. Date marquant le début de la guerre et qui se termine en 1990.