Thèse soutenue

Louis Joxe, diplomate dans l'âme

FR  |  
EN
Auteur / Autrice : Chantal Morelle
Direction : Maurice Vaïsse
Type : Thèse de doctorat
Discipline(s) : Histoire
Date : Soutenance en 2008
Etablissement(s) : Paris, Institut d'études politiques

Résumé

FR  |  
EN

Le nom de Louis Joxe (1901-1990) est associé aux négociations d'Évian. Son goût ancien pour les relations internationales trouve de quoi se satisfaire lorsqu'il travaille auprès de Louise Weiss à "l'Europe nouvelle" (1929-1933), de Pierre Cot, ministre de l'Air (1933) qui le charge de négociations commerciales. A l'Agence Havas, où il est inspecteur du service Etranger, Joxe allie son intérêt pour la presse et la politique étrangère. Révoqué du fait de ses opinions politiques, il se retrouve à Alger à l'automne 1940 : il va agir en faveur de la résistance et de la France libre, et de Gaulle le nomme secrétaire général du CFLN (juin 1943). C'est un haut-fonctionnaire qui se retrouve à Paris où il reste au service de l'État, au Quai d'Orsay. Joxe est directeur général des Relations culturelles (1947-1952), ambassadeur à Moscou (1952-1955), à Bonn (1956). Ambassadeur de France, il devient secrétaire général du ministère des Affaires étrangères, aux moments délicats de la crise de Suez en 1956, et de Sakiet sidi Youssef, en 1958, qu'il gère avec la plus grande diplomatie en dépit des difficultés qu'il doit assumer. C'est toujours le serviteur de l'État qui arrive au gouvernement de Michel Debré en 1959. Son art de la négociation et son dévouement au général de Gaulle expliquent que ce dernier fasse appel à lui pour appliquer la politique de "dégagement" qu'il entend mener en Algérie. Cette biographie a pour but d'éclairer sur la façon dont ce serviteur de l'État a mis en œuvre ses qualités de diplomate dans des domaines très variés, au-delà des relations internationales; sans pour autant retracer toute la vie de Louis Joxe.