Thèse soutenue

L'Alhambra : le rêve de l'Europe : étude comparée de l'orientalisme en France et en Allemagne au XIXe siècle

FR  |  
EN
Auteur / Autrice : Lorraine Decléty
Direction : Jean-Michel LeniaudBruno Klein
Type : Thèse de doctorat
Discipline(s) : Histoire de l'art
Date : Soutenance en 2008
Etablissement(s) : Paris, EPHE
Partenaire(s) de recherche : autre partenaire : École pratique des hautes études. Section des sciences historiques et philologiques (Paris)
Jury : Examinateurs / Examinatrices : Christine Peltre

Mots clés

FR

Résumé

FR  |  
EN

Ce travail entreprend l'étude de l'architecture orientaliste, genre architectural européen qui plonge ses racines dans l'exotisme du XVIIIe siècle et s'en émancipe au cours du XIXe siècle. La comparaison de ses manifestations architecturales en France et en Allemagne, pays dont les histoires politiques, économique, sociale et plus encore coloniale diffèrent grandement, permet de saisir la sémantique polysémique de ce style. Cette recherche s'efforce de reconstituer, de façon chronologique, les conditions de l'élaboration, les modalités de l'épanouissement de ce style et la diversité des fonctions sociales et symboliques qui lui sont attribués par les contemporains. Pour cela, l'étude des discours discurifs et visuels produits tout au long du XIXe siècle sur l'architecture islamique, source de l'orientalisme, constitue le point de départ du travail. Elle révèle l'existence d'un imaginaire européen de ces architectures étrangères peu à peu dévoilées au public qui marque profondément la définition de l'orientalisme. L'orientalisme apparaît ainsi comme l'association de deux conceptions de l'Orient: un Orient rêvé, fantasmagorique, identique dans les deux pays et se nourrissant des formes de l'Alhambra; et un Orient présent, connu et convoité, étroitement lié à l'impérialisme européen et revêtant des formes distinctes en France et en Allemagne. Ce style s'apparente enfin à un instrument culturel élaboré par différents groupes sociaux (d'abord l'aristocratie puis, de façon croissante la bourgeoisie des deux pays) en réaction aux grandes mutations du siècle