Thèse soutenue

La construction saint-simonienne du féminin entre 1829 et 1845 : une histoire croisée des réseaux familiaux en rapport avec la Haskala berlinoise

FR  |  
DE  |  
EN
Auteur / Autrice : Paola Ferruta
Direction : Michael WernerHeinz-Gerhard Haupt
Type : Thèse de doctorat
Discipline(s) : Histoire et civilisations
Date : Soutenance en 2008
Etablissement(s) : Paris, EHESS en cotutelle avec Universität Bielefeld

Résumé

FR  |  
EN

Nous présentons le saint-simonisme en exposant la « doctrine » de ce groupe politico-religieux conjointement aux parcours biographiques de certains saint-simoniens autour de 1830 et plus tard. Les écrits privés de ces derniers (manuscrits, lettres et brouillons) et, dans une moindre mesure, les écrits publiés sont les sources auxquelles nous avons fait recours. L'accent est mis dès le début sur la construction saint-simonienne du féminin en tant que thème émancipatoire central du groupe. Une indéfinition problématique caractérise l'hypostase féminine ébauchée par les adeptes du saint-simonisme : la Femme Messie, incarnation du salut de l'humanité. Particulièrement, la Femme Messie et la philosophie de l'histoire esquissées par les saint-simoniens juifs constituent l'aboutissement théorique du déploiement de l'histoire croisée de la «relation symbiotique de la judaïcité franco-allemande dans l'âge de l'émancipation», croisement sous-tendu au saint-simonisme.