Thèse soutenue

Influence de la gouvernance sur les décisions de diversification d'entreprise et de remplacement des dirigeants

FR  |  
EN
Auteur / Autrice : Nikolaos Kavadis
Direction : Bernard Ramanantsoa
Type : Thèse de doctorat
Discipline(s) : Sciences de gestion
Date : Soutenance en 2008
Etablissement(s) : Jouy-en Josas, HEC

Résumé

FR  |  
EN

Cette thèse examine les relations de gouvernance et les choix stratégiques d’entreprise au sein d’un échantillon de grandes entreprises françaises, pour la période 1993-2005. Les résultats empiriques indiquent l’existence d’un problème d’agence : Le Directeur Général (DG) est incliné/e à utiliser les ressources financières de l’entreprise pour financer des projets de diversification à valeur potentiellement non-positive (diversification non liée et diversification financière). Les mécanismes formels d’alignement des intérêts du DG à ceux des actionnaires sont généralement inefficaces pour résoudre le problème d’agence. L’exercice de contrôle par le Conseil d’Administration (CA) sur le DG est efficace pour réduire le problème d’agence, à condition que la proportion d’administrateurs extérieurs dans le CA ayant une fonction de DG dans d’autres entreprises soit minimisée. De plus, en contrôlant pour la performance de l’entreprise, les stratégies qui accroissent le niveau de diversification non liée sont positivement liées à la probabilité que le CA mette fin aux fonctions du DG. Au contraire, les stratégies qui accroissent le niveau de diversification liée décroissent cette probabilité. Néanmoins, l’expérience en finance et en droit pour le DG, ainsi que l’expérience parallèle en tant que DG dans une autre entreprise des administrateurs extérieurs, altèrent la propension du CA de mettre fin aux fonctions du DG sous conditions d’accroissement du niveau de diversification non liée. L’évidence empirique démontre également qu’un processus de gouvernance, le remplacement du DG, quand il est routinisé, implique une réduction de la propension de contrôle du CA sur le DG, permettant la mise en place des stratégies potentiellement à l’encontre des intérêts des actionnaires. Dans ce contexte, le capital social du DG impacte sur la direction stratégique post-succession de l’entreprise : Une position centrale au réseau inter-CA pour le DG accroît l’effet positif de la succession routinisée sur la diversification non liée. Au contraire, la socialisation d’un DG dans un milieu d’élite altère l’effet de la succession routinisée, et conduit à un recentrage stratégique, donc elle peut être vue comme un antécédent efficace pour réduire le problème d’agence.