Thèse soutenue

Caractérisation morphodynamique des sites de Malo-les-Bains et de Calais Hoverport, Nord de la France : Spécificités de deux sites macrotidaux originaux du sud de la Mer du Nord

FR  |  
EN
Auteur / Autrice : Arnaud Oblinger
Direction : Edward Anthony
Type : Thèse de doctorat
Discipline(s) : Géographie physique
Date : Soutenance en 2008
Etablissement(s) : Littoral
Partenaire(s) de recherche : Laboratoire : Laboratoire d'Océanologie et de Géosciences (LOG)

Résumé

FR  |  
EN

Plusieurs campagnes de mesures hydrodynamiques et morphologiques ont été réalisées sur les plages de Malo-Les-Bains et de Calais-Hoverport de 2004 à 2007. Ces mesures ont été complétées par des levés topométriques mensuels avec pour objectif de cerner le comportement morphodynamique de deux plages macrotidales particulières de la région de par leur état relativement stable dans un contexte de remontée du niveau marin. La plage de Malo-Les-Bains étant une plage fortement anthropisée, adossée à une digue et protégée par des brise-lames qui offre des profils à barres et bâches singuliers par rapport au reste de la région de par le lissage de cette morphologie. La plage de Calais-Hoverport présente quant à elle les caractéristiques d’une plage en accrétion active avec une large plate-forme sableuse liée côté marin à un profil à barres et à bâches convexe et vers l’E à un champ de dunes en accrétion. Les mesures hydrodynamiques ont donné lieu à une analyse des houles et des courants moyens ainsi que de leurs comportements en fonction des conditions météorologiques, ce qui a mis en valeur comme pour les autres plages de la région une dominante de la composante longitudinales orientée vers l’E mais pouvant subir un forçage météorologique dans la direction opposé. Il a cependant été mis en valeur certains traits propres aux sites d’études avec un renforcement des courants et des houles en arrière des brise-lames, notamment lorsque ceux-ci portent vers l’W ou une alternance dans la direction de ceux-ci à Calais-Hoverport avec des courants portant vers l’W en début et en fin de marée et vers l’E le reste du temps. Nous nous sommes également attachés à évaluer les vitesses théoriques des courants susceptibles d’engendrer un transport de sédiments. Ces calculs ont mis en évidence le fait que les courants longshore sont les seuls à pouvoir engendrer ce type de courants pendant un temps significatif. Ces courants d’ordinaire orientés vers l’E à Malo-Les-Bains peuvent par forçage de N à NW atteindre leurs vitesses maximales vers l’W. On remarque le même phénomène de forçage à Calais où ces courants peuvent alors ne porter que vers l’E. Les différents suivis topométriques nous ont permis de dégager des périodes d’évolutions morphologiques de la plage en réponse aux variations météorologiques et donc à la houle. Il semble que la construction et la destruction des barres soient toutes deux liées à des conditions de forte énergie.