Thèse soutenue

Fonctionnement des nourriceries intertidales et estuariennes : influence de l'environnement sur la dynamique et les performances physiologiques de l'ichtyofaune

FR  |  
EN
Auteur / Autrice : Jonathan Selleslagh
Direction : Rachid Amara
Type : Thèse de doctorat
Discipline(s) : Océanologie biologique
Date : Soutenance en 2008
Etablissement(s) : Littoral
Partenaire(s) de recherche : Laboratoire : Laboratoire d'Océanologie et de Géosciences (LOG)

Résumé

FR  |  
EN

Les zones intertidales et estuariennes jouent un rôle fondamental dans le renouvellement des ressources halieutiques. De nombreuses espèces, y compris les poissons, ont un cycle de vie qui leur impose de passer au cours de leur période juvénile par ces écosystèmes qui jouent ainsi le rôle de zones de nourricerie. Ces écosystèmes littoraux peu profonds sont en permanence soumis à de fortes fluctuations environnementales (naturelles et anthropiques). La compréhension du fonctionnement et la préservation de ces zones intertidales et estuariennes est primordiale pour maintenir la biodiversité et assurer le renouvellement des stocks marins. C’est dans ce contexte que ce travail nous a conduit à déterminer l’importance des facteurs environnementaux d’une part sur la dynamique spatio-temporelle de l’ichtyofaune et d’autre part sur les performances physiologiques des juvéniles de poissons au niveau des zones intertidales et estuariennes de la Manche orientale. Une première partie de ce travail a permis de déterminer la structuration et la variabilité spatio-temporelle des assemblages de poissons en relation aux changements environnementaux. Nos résultats soulignent le rôle important des milieux intertidaux et estuariens peu profonds de la Manche orientale dans le renouvellement des stocks en vue du nombre de juvéniles de poissons qui occupent ces écosystèmes. Dans ces milieux, l’ichtyofaune montre des variations de diversité, d’abondance, d’assemblages et de taille des individus, qui sont plus marquées à l’échelle inter-saisonnière que hebdomadaire, intra-saisonnière et interannuelle au niveau temporel et le long des gradients estuariens qu’ entre les estuaires d’un point de vue spatial. Nos travaux ont permis de mettre en évidence que les facteurs physico-chimiques (principalement la température, la salinité et la teneur en sédiments fins) ont une grande influence sur la structuration des assemblages de poissons et indiquent l’influence des températures hivernales sur les variations interannuelles de la date de colonisation et des abondances de certaines espèces. Nos résultats montrent une forte similarité du fonctionnement ichtyologique des estuaires de la Canche, de l’Authie et de la Somme et suggèrent que l’ichtyofaune de la Canche pourrait servir d’assemblage de référence aux petits estuaires. Dans un souci d’une meilleure compréhension du fonctionnement des nourriceries, l’importance des relations trophiques (alimentation, compétition et prédation) sur les assemblages de poissons et la dynamique des populations des juvéniles au sein de ces nourriceries a été étudiée. Nos résultats montrent que la disponibilité en nourriture (macrobenthos et zooplancton) n’est pas un facteur limitant au niveau des nourriceries considérées qui offrent une grande capacité d’accueil et des conditions trophiques optimales (bonne alimentation et faible compétition) au bon développement des jeunes poissons. La pression de prédation joue en revanche un rôle important dans la dynamique des poissons. Nos résultats montrent que les variations d’abondances de la crevette grise Crangon crangon explique en grande partie les variations interannuelles des taux de mortalité des juvéniles de poissons qui viennent de coloniser les nourriceries intertidales. Néanmoins, la pression de prédation ne semble pas suffisante pour engendrer la variabilité du recrutement qui est principalement générée par les processus survenant avant la période juvénile comme le suggèrent nos résultats. Une dernière partie s’est intéressée aux performances physiologiques des juvéniles de poissons plats afin de voir si les conditions environnementales sont propices à leur développement durant leur période d’occupation des zones peu profondes et d’évaluer l’influence des perturbations environnementales (en particulier le bloom de Phaeocystis globosa et la pollution chimique). Les résultats in situ, couplée à une étude expérimentale, montrent que la croissance récente, la condition K et les rapports nutritionnels ARN/ADN et TAG/ST des juvéniles de poissons sont élevés tout au long de la période de colonisation des juvéniles, indiquant que les nourriceries sont favorables au développement et à la survie des poissons et par conséquent à leur recrutement. Nos travaux montrent que le bloom de P. Globosa affaiblit l’état nutritionnel alors que la pollution chimique, appréhendée à partir d’une étude comparative multi-sites, affecte la qualité des habitats en diminuant la croissance, la condition et l’état nutritionnel des juvéniles de poissons. Finalement, l’ensemble des travaux présentés montre que l’environnement des zones intertidales et estuariennes de la Manche orientale est favorable au bon déroulement du cycle de vie de l’ichtyofaune marine.