Thèse soutenue

FR  |  
EN
Auteur / Autrice : Gabriela Aisenson
Direction : Jean GuichardJulio Cesar Neffa
Type : Thèse de doctorat
Discipline(s) : Psychologie
Date : Soutenance en 2008
Etablissement(s) : Paris, CNAM en cotutelle avec Univesidad de Buenos Aires

Mots clés

FR

Mots clés contrôlés

Résumé

FR  |  
EN

Cette thèse étudie les relations entre les positions sociales, les représentations des professions et les choix d’orientation des jeunes à la fin du cycle secondaire. Le poids des inégalités sociales dans la construction des projets y est tout particulièrement analysé. L’étude théorique aborde la question des interactions entre processus psychologiques et facteurs sociaux à partir de la théorie des Représentations Sociales de la Psychologie Sociale et des études de Gottfredson et Guichard, entre autres. Les hypothèses centrales considèrent que le sexe, l’origine socioculturelle et la trajectoire éducative conduisent les jeunes à se représenter les professions d’une manière déterminée qui influe sur leurs choix. L’étude empirique se fonde sur un questionnaire rempli par 1023 élèves de classe terminale des établissements publics de Buenos Aires. Les résultats montrent que les jeunes évaluent les professions principalement en termes de prestige et de degré de masculinité-féminité. Des différences ont été observées dans la perception de certaines professions: les plus proches du milieu des répondants ou les plus probables en termes d’accès bénéficient d’un plus grand prestige. L’incidence des stéréotypes de genre a été observée dans les représentations des jeunes filles et celle de l’accessibilité perçue dans celles des jeunes gens issus de milieux défavorisés, ce qui pourrait être une source d’autolimitations susceptible de reproduire les inégalités sociales d’origine. Il est établi en conclusion que le sexe, l’origine socioculturelle et la trajectoire scolaire sont des facteurs importants dans la structuration des représentations des professions.