Thèse soutenue

Inégalités sociales en Chine

FR  |  
EN
Auteur / Autrice : Kelly Labar
Direction : Jean-Louis Arcand
Type : Thèse de doctorat
Discipline(s) : Sciences économiques
Date : Soutenance en 2008
Etablissement(s) : Clermont-Ferrand 1

Mots clés

FR

Mots clés contrôlés

Résumé

FR  |  
EN

Au regard des distorsions sociales qui ont suivi le mouvement de réformes initié en Chine à la fin des années 1970, cette thèse étudie les évolutions récentes relatives à trois principaux sujets : le marché du travail, le niveau d’éducation et le niveau de santé. En utilisant la base de données CHNS, je considère dans un premier temps les rendements du capital humain en Chine, étant donnés les besoins en gains de productivité liés à une économie plus compétitive. Je souligne l’augmentation des rendements de l’éducation et de la nutrition en Chine depuis 1991, soulignant également l’impact des réformes sur la manière dont les salaires sont fixés aujourd’hui. Cette conclusion apparaît dans un premier temps positive pour l’augmentation de la productivité et de la croissance dans l’avenir. Cependant, si les individus ne bénéficient pas d’un égal accès à l’éducation et à la santé, une plus forte rémunération de ces facteurs peut mener à une détérioration en termes d’inégalités. C’est pourquoi je me focalise dans un deuxième temps sur l’évolution relative au niveau d’éducation et de santé depuis le mouvement de réformes à travers deux canaux : la possible transmission du statut social des parents à leurs enfants, i. E. La mobilité sociale ; puis les inégalités de bien-être dans trois dimensions sociales que sont le revenu, l’éducation et la santé. Grâce à l’utilisation de matrices de mobilité ainsi que de stratégies économétriques, je démontre un niveau de mobilité salariale et en terme d’éducation en Chine dans la moyenne en comparaison à celui d’autres pays développés ou en développement. Cependant, l’impact croissant du salaire des parents sur la scolarisation des enfants peut se traduire par une mobilité plus faible dans le futur, dans la mesure où cela renforce les dynamiques inégalitaires. Mis en parallèle avec les résultats de l’analyse multidimensionnelle des inégalités de bien-être, je conclus que les inégalités sociales en Chine sont amenées à augmenter dans les années à venir, nécessitant des mesures politiques en faveur de l’amélioration de l’accès à l’éducation et à la santé.