Thèse soutenue

Le statut de 1961 à Wallis et Futuna : genèse de trois monarchies républicaines (1961-1991)

FR  |  
EN
Auteur / Autrice : Allison Lotti
Direction : Sylvie GuillaumeClaire Laux
Type : Thèse de doctorat
Discipline(s) : Histoire contemporaine
Date : Soutenance en 2008
Etablissement(s) : Bordeaux 3

Résumé

FR  |  
EN

Les rapports de force entre les coutumiers et les représentants de l’État animent la vie politique causée par une incompréhension culturelle réciproque entre les insulaires et les Européens. Elle se poursuit durant les années quatre-vingt qui entérinent la place de chaque pilier du Territoire : la coutume, l’administration supérieure et l’Assemblée Territoriale. C’est de l’entente entre ces trois piliers dont dépend la bonne marche administrative. La mission catholique qui, avant 1961, avait un pouvoir politique sur les insulaires, voit son rôle progressivement s’amoindrir pour devenir en 1990, un soutien moral et la gardienne des valeurs morales. La politique de la France à Wallis et Futuna n’est pas révélatrice de toute la politique d’outre-mer entre 1960 et 1990. Elle reste assez confuse pour Wallis et Futuna, contrairement à la Nouvelle-Calédonie et à la Polynésie Française dont l’autonomie est contrôlée jusque dans les années quatre-vingt. La coutume et la modernité coexistent depuis 1961 à Wallis et Futuna. Ainsi, les trente premières années du statut ont été ont révélé deux éléments : l’adaptation rapide des Wallisiens et des Futuniens à un nouveau régime de gouvernement. Une trés forte volonté de la part des insulaires à conserver leur coutume. Malgré les difficultés de développement dû à leur insularité et un régime de statut de plus en plus obsolète, le Territoire représente un système politique original et possède les seuls rois de la République Française. Il est la preuve que la coutume, loin de tous préjugés contemporains, peut coexister avec les institutions républicaines, sans qu’il ne soit utilisé pour des revendications culturelles au sein des partis indépendantistes. Ces derniers sont par ailleurs inexistants à Wallis