Thèse soutenue

Ce que fait la pratique au spectateur : enquêtes dans des salles de cinéma Art et essai de la région Provence-Alpes-Côte d'Azur

FR  |  
EN
Auteur / Autrice : Michaël Bourgatte
Direction : Emmanuel Ethis
Type : Thèse de doctorat
Discipline(s) : Science de l'information et de la communication
Date : Soutenance en 2008
Etablissement(s) : Avignon

Mots clés

FR

Résumé

FR  |  
EN

Dans une visée communicationnelle et sociologique, ce travail de recherche propose de penser la pratique du cinéma dans les salles Art et Essai comme un processus dynamique de mise en relation des individus avec les films et des individus entre eux. Il repose sur deux enquêtes par questionnaire auto-administré conduites auprès de spectateurs fréquentant des salles de cinéma Art et Essai de la région Provence-Alpes-Côte d’Azur. Ces données sont complétées par des analyses sémio-discursives de critiques de cinéma prélevées dans le magazine Télérama et dans le programme du cinéma d’Art et Essai Utopia (Avignon) ainsi que par une série d’analyses filmiques s’inscrivant dans le champ d’une sociologie esthétique du cinéma. L’objectif est d’étudier la formation socio-discursive de la valeur dans le champ du cinéma et de voir en quoi cette valeur participe de la constitution d’ensembles communautaires de pratiquants autour de la notion d’Art et Essai, en tant qu’elle circule et génère des représentations. La première partie propose de définir l’objet de la recherche : la pratique du cinéma dans les salles Art et Essai. Elle construit des outils permettant de saisir empiriquement cette pratique et démontre qu’elle engage un rapport spécifique au social. La deuxième partie montre que les recherches sur la pratique du cinéma en salle réduisent, le plus souvent, l’activité spectatorielle à un geste d’appropriation des films alors que cette activité renvoie tout autant à un geste de constitution sociale de la valeur sociale des films. Enfin, la troisième partie étudie la manière dont les individus se positionnent et réagissent vis-à-vis de cette valeur. Elle montre qu’il y a une identité de l’Art et Essai autour de laquelle se constituent des agglomérats d’individus assimilables à des regroupements communautaires. Elle permet ainsi de repenser ces espaces de pratique à partir de la notion de communauté. En s’appuyant sur l’étude de la pratique cinématographique, cette recherche propose, plus largement, de discuter la pertinence de la question de l’(il)légitimé des objets culturels