Thèse soutenue

Impact de l'obésité infantile sur le système cardiovasculaire au repos et au cours d'un exercice

FR  |  
EN
Auteur / Autrice : Lucie Karpoff
Direction : Agnès VinetAntonia Pérez-Martin
Type : Thèse de doctorat
Discipline(s) : Sciences. Physiologie
Date : Soutenance en 2008
Etablissement(s) : Avignon

Mots clés

FR

Résumé

FR  |  
EN

La prévalence et la sévérité de l’obésité sont en constante augmentation chez l’enfant, représentant un risque majeur de pathologies cardiovasculaires. Les objectifs de ce travail ont été d’évaluer chez des garçons prépubères modérément obèses la fonction vasculaire au repos et au cours d’un exercice maximal local d’extension de la jambe , ainsi que les fonctions systoliques et diastoliques du repos à l’exercice maximal au cours d’un exercice de pédalage à l’aide de l’échocardiographie conventionnelle et du Doppler Tissulaire Imaging. Au repos, nos résultats ont mis en évidence une altération de la compliance vasculaire et de la vasorelaxation endothéliale associés à un remodelage vasculaire avec des diamètres internes et une épaisseur intima-media supérieurs chez les enfants obèses par rapport aux enfants témoins. De plus, nous avons démontré que la fonction cardiaque de repos tant systolique que diastolique évaluée de façon globale et régionale est préservée chez enfants obèses modérés, ceci malgré un remodelage cardiaque précoce. A l’exercice local d’extension de jambe, les enfants obèses présentent une moindre augmentation du débit sanguin et de la perfusion musculaire par rapport aux enfants minces en partie liée à l’altération de la réactivité endothéliale non seulement au niveau des artères de conduit (moindre vasorelaxation au repos) mais aussi au niveau des artères de résistance. Lors de l’exercice de pédalage, les enfants obèses présentent une fonction cardiaque améliorée par rapport aux enfants de poids normal, suggérant une phase adaptative compensatoire dans la phase initiale de prise de poids. Les enfants prépubères modérément obèses présentent donc une fonction cardiaque préservée mais une altération de la fonction vasculaire. L’exercice, en tant que stress physiologique, nous a permis de révéler 1) une « hyperadaptation » cardiaque à l’exercice et 2) une composante fonctionnelle de l’atteinte vasculaire se traduisant par une moindre perfusion musculaire chez les enfants obèses