Thèse soutenue

Contribution à la restructuration des ouvrages d'assainissement en maçonnerie au moyen de matériaux composites

FR  |  
EN
Auteur / Autrice : Nabil Khoufache
Direction : Chafika Djelal-Dantec
Type : Thèse de doctorat
Discipline(s) : Science pour l'ingénieur. Génie civil
Date : Soutenance en 2008
Etablissement(s) : Artois

Mots clés

FR

Résumé

FR  |  
EN

De toutes les villes du monde, c'est actuellement Paris qui possède le réseau le plus vaste d'égouts. Beaucoup datent du 19ème siècle et sont toujours en service. Même si la majorité de ces ouvrages continuent à fonctionner, leur état général se dégrade inexorablement. Cette étude s'intègre dans le projet RESAME. Une réduction des coûts de réhabilitation de l'ordre de 20% à efficacité équivalente constitue l'objectif principal de ce sujet tout en diminuant le temps d'intervention sur site. L'objectif de cette thèse, en grande partie bibliographique, est de proposer une campagne expérimentale qui permette de mettre au point un procédé de renforcement ou de réparation adapté aux ouvrages d'assainissement visitables de forme ovoïde en maçonnerie meulière. La première partie de la thèse permet de retracer l'histoire, de donner les différentes étapes de la construction des égouts de Paris et de faire le point sur les pathologies et les techniques de réparation et d'auscultation de ces ouvrages. Une synthèse bibliographique sur l'application de cette technique de réparation à des ouvrages en maçonnerie complète cette partie. La seconde partie, à caractère expérimentale, a pour but de caractériser les matériaux et en particulier l'interface enduit/colle/composite. Les ouvrages sans renfort ont été modelisés pour prévoir les mécanismes de ruine (rotules). En effet, du fait de la complexité des ovoïdes en meulière, les essais sont menés pour cette campagne expérimentale sur des voûtes en meulière renforcé ou non. Les essais de caractérisation réalisés sur des pierres meulières ont permis de mettre en évidence la difficulté de caractériser ces pierres du fait de l'hétérogénéité du matériau. Le collage du tissu composite à base de fibres de carbone (Freyssinet) sur une voûte en maçonnerie enduite s'est avéré adaptée au renforcement de celle-ci. La présence du tissu a permis de retarder l'ouverture des fissures et de réduire la flèche. Pour une charge de 250 kN, la flèche est de 2,8 mm pour une voûte non renforcée et de 1 mm pour une voûte renforcée.