Thèse soutenue

Troubles émotionnels et perturbation du raisonnement déductif

FR  |  
EN
Auteur / Autrice : Nadia Correard
Direction : Claude Bastien
Type : Thèse de doctorat
Discipline(s) : Psychologie
Date : Soutenance en 2008
Etablissement(s) : Aix-Marseille 1

Mots clés

FR

Résumé

FR

La présente étude, qui s'inscrit dans la problématique du lien entre émotion et cognition, a quatre objectifs. Premièrement, tester l'existence d'une perturbation de la compétence déductive chez les individus présentant des troubles émotionnels, dans le domaine personnel et social. Deuxièmement, mettre à l'épreuve l'idée que cette perturbation puisse s'expliquer par une plus grande sensibilité au biais de croyance. Troisièmement, tester l'hypothèse que les croyances agissent sur le processus déductif en influençant la recherche de représentations alternatives des prémisses qui permettraient d'invalider la conclusion initiale. Quatrièmement, tester l'idée que la thérapie comportementale et cognitive puisse améliorer la compétence déductive dans le cadre de troubles émotionnels. Trois expériences proposent des épreuves de raisonnement déductif dont le contenu des stimuli est biographique (fait référence au vécu des participants et déclenchent des réactions émotionnelles négatives) soit non biographique (plus neutre émotionnellement). Pour les deux types de contenu, leur plausibilité a été manipulée : soit ils sont congruents avec les croyances des individus soit ils ne le sont pas. Les résultats montrent une perturbation de la compétence déductive dans le domaine personnel et social pour les troubles émotionnels, qui ne s'explique pas par une plus grande sensibilité au biais de croyance. Ce dernier montre que les croyances agissent plutôt comme un "censeur post-déductif". Enfin, les résultas montrent une tendance à l'amélioration du raisonnement conditionnel après six mois de thérapie comportementale et cognitive.