Thèse soutenue

Mobilité quotidienne et ancrage résidentiel : Différenciation des pratiques spatiales et des représentations sociales selon la structure urbaine.L'exemple du Luxembourg

FR  |  
EN
Auteur / Autrice : Samuel Carpentier-Postel
Direction : Richard KleinschmagerColette Cauvin-Reymond
Type : Thèse de doctorat
Discipline(s) : Géographie
Date : Soutenance en 2007
Etablissement(s) : Université Louis Pasteur (Strasbourg) (1971-2008)

Résumé

FR

En raison des phénomènes de congestion et de pollution qu’ils impliquent, les déplacements quotidiens sont devenus un enjeu majeur du développement urbain. Cette recherche appréhende la mobilité quotidienne au sein d’une approche interdisciplinaire géo-psycho-sociale et propose d’envisager l'espace non plus comme un simple support des déplacements, mais comme un des déterminants des comportements individuels. Pour vérifier l’hypothèse d’une différenciation spatiale des pratiques et des représentations sociales de la mobilité, une enquête a été menée auprès de 600 résidants du Luxembourg, sur la base d’un échantillon stratifié spatialement permettant ainsi d’observer des différences interzones. À partir de l’analyse des espaces de vie (grâce à l’analyse spatiale), et des représentations sociales (à travers l’analyse des similitudes), les résultats montrent un gradient comportemental où l’on passe d’un centre-ville qui implique des pratiques multimodales et des habitats variés à une zone périurbaine puis rurale où le modèle maison/automobile reste largement dominant tant en termes de pratiques que de représentations. Au-delà de la différenciation des comportements, les résultats mettent en évidence deux niveaux de tensions (portant d’une part, sur le couple pratiques/représentations, et d’autre part, sur une dialectique ancrage résidentiel/mobilité quotidienne) dont les « polarités » se différencient également spatialement. De ces tensions émergent des processus de dissonance et d’adaptation portant, selon leur nature, sur les pratiques et/ou sur les représentations et visant à réduire ces tensions. À la lumière de ces processus, les comportements sont envisagés comme des dynamiques d’adaptation aux contextes géographique, social et psychologique. Une telle lecture des comportements amène à reconsidérer les concepts de choix et d’arbitrage, au regard des tensions et des processus d’adaptation, pour tenter d’identifier les leviers permettant d’infléchir les comportements dans une optique de développement durable.