Thèse soutenue

Biologie des agents de l'esca et impacts sur la vigne (Vitis vinefera L. Cv Ugni blanc)

FR  |  
EN
Auteur / Autrice : Christophe Valtaud
Direction : Pierrette Fleurat-LessardAndrée Bourbouloux
Type : Thèse de doctorat
Discipline(s) : Aspects moléculaires et cellulaires de la biologie
Date : Soutenance en 2007
Etablissement(s) : Poitiers
Ecole(s) doctorale(s) : École doctorale Ingénierie chimique, biologique et géologique (Poitiers2000-2008)
Partenaire(s) de recherche : autre partenaire : Université de Poitiers. UFR des sciences fondamentales et appliquées

Mots clés

FR

Résumé

FR  |  
EN

L’esca est une maladie de dépérissement de la vigne provoquée par des champignons intraxylémiens, dont Phaeomoniella chlamydospora et Phaeoacremonium aleophilum. Nous avons tout d’abord précisé l’influence de facteurs environnementaux tels que la température et le pH sur la croissance des deux champignons et défini des critères cyto-physiologiques permettant leur distinction in vitro. A l’issue de leur étude in planta, dans des boutures infectées sélectivement, nous avons observé que ces agents colonisent des tissus distincts : P. Chlamydospora se développe essentiellement dans les vaisseaux et les fibres xylémiennes alors que P. Aleophilum est détecté préférentiellement dans le protoxylème et la moelle. Ce dernier présente une capacité de dégradation des différentes couches pariétales lignifiées alors que P. Chlamydospora ne désorganise que les parois pectocellulosiques. De plus, des expériences de co-inoculation montrent l’effet synergique des deux champignons dans leur capacité d’envahissement du xylème et d’altération des parois. Sur les sarments et les feuilles de Vitis vinifera cv Ugni blanc nous avons défini des caractéristiques phénotypiques et structurales propres à l’esca, comparativement à celles du black dead arm et de l’eutypiose. Puis, dans les feuilles nous avons mis en évidence l’impact de l’esca sur le glutathion et sur l’expression des gènes d’enzymes participant à son métabolisme, dont des glutathion S-transférases. Au delà des altérations précoces du métabolisme primaire, la teneur et l’état rédox du glutathion et l’expression des glutathion S-transférases représentent des marqueurs de niveau de stress dans la vigne : leur suivi pourrait être un indicateur de l’apparition de la maladie au vignoble.