Thèse soutenue

Modification de surfaces polymères de type poly(téréphtalate d’éthylène) et greffage de molécules glycosylées

FR  |  
EN
Auteur / Autrice : Loïc Bech
Direction : Philippe Roger
Type : Thèse de doctorat
Discipline(s) : Chimie
Date : Soutenance en 2007
Etablissement(s) : Paris 11
Partenaire(s) de recherche : autre partenaire : Université de Paris-Sud. Faculté des sciences d'Orsay (Essonne)

Mots clés

FR

Mots clés contrôlés

Résumé

FR  |  
EN

Ce travail avait pour objectif de mettre au point de nouveaux procédés de fonctionnalisation de surfaces de poly(téréphtalate d’éthylène) (PET) et d’y greffer des oligosaccharides et des glycopolymères. La première stratégie envisagée a été le greffage de glycopolymères par traitements de type plasma froid sur fibres de PET. L’originalité de cette étude repose sur l’utilisation d’un double traitement plasma d’argon. Le premier traitement plasma argon réalisé sur le matériau permet d’activer la surface. Le second traitement plasma réalisé après adsorption du monomère permet d’amorcer la polymérisation. Les résultats montrent qu’une plus grande densité de greffage et un taux de conversion plus élevé (jusqu’à 70%) sont obtenus pour le 2-méthacryloxyéthyl glucoside. Des valeurs nettement inférieures sont obtenues pour l’allyl a-D-galactose probablement en raison de réactions de transfert au monomère. Nous nous sommes aussi intéressés à une méthode chimique en deux étapes afin de greffer différents oligosaccharides. La première étape consiste à fonctionnaliser la surface par des amines primaires par réaction d’aminolyse. Cette première étape génère de nombreux changements morphologiques. Ensuite, les fonctions amine permettent le greffage de sucres par réaction d’amination réductrice ou d’amidification (procédé appliqué avec succès à des films et membranes nanoporeuses de PET). Une autre méthode consiste à utiliser les fonctions amine pour le greffage d’un amorceur de polymérisation radicalaire par transfert d’atome. Actuellement, le styrène et l’acrylate de tert-butyle ont été polymérisés avec succès de façon contrôlée sur surfaces de PET.