Thèse soutenue

Etude de l'immunité naturelle dans les syndromes myelodysplasiques

FR  |  
EN
Auteur / Autrice : Jean-Jacques Kiladjian
Direction : Anne Caignard
Type : Thèse de doctorat
Discipline(s) : Biologie des cellules sanguines
Date : Soutenance en 2007
Etablissement(s) : Paris 7

Résumé

FR  |  
EN

Les syndromes myélodysplasiques (SMD) sont des pathologies clonales des cellules souches hématopoïétiques caractérisées par une hématopoïèse inefficace responsable de cytopénies périphériques et par un risque d'évolution vers la leucémie aiguë. Des arguments cliniques, biologiques et thérapeutiques plaident pour un rôle du système immunitaire dans leur physiopathologie. Les cellules natural killer (NK) et les lymphocytes Tγδ sont des composants importants de l'immunité naturelle et de l'immunosurveillance anti-tumorale par leur rôle cytotoxique direct et leur position à l'interface avec l'immunité adaptative. L'existence de molécules modulatrices de leur activité utilisables en thérapeutique ouvre de nouvelles possibilités d'immunothérapie. Cette étude a montré que les cellules NK de SMD présentent une activité cytolytique et une production de cytokines effondrées, bien qu'elles expriment normalement les récepteurs activateurs ; ont une prolifération faible en réponse à l'IL-2, avec un excès d'apoptose en culture ; appartiennent au clone myélodysplasique. Nous avons également étudié les lymphocytes Tγδ de SMD et montré que ces cellules pouvaient être amplifiées in vitro après stimulation spécifique par un phosphoantigène. Ces γδ avaient une fonction cytotoxique et une production de cytokines normales, et n'appartiennaient pas au clone tumoral. Mais elles présentaient aussi un défaut majeur de prolifération sous IL-2, suggérant un défaut commun de la voie de signalisation de l'IL-2 spécifique aux SMD. Ce travail a permis de décrire de nouvelles anomalies fonctionnelles et prolifératives des cellules NK et Tγδ dans les SMD, pouvant jouer un rôle dans leur physiopathologie.