Thèse soutenue

Mahābhārata, Rāmāγaṇa et récits kṛṣṇaïtes : traditions narratives dans la sculpture hoysaḷa (XIIème-XIIIème siècles)

FR  |  
EN
Auteur / Autrice : Rachel Loizeau
Direction : Osmund BopearachchiÉdith Parlier-Renault
Type : Thèse de doctorat
Discipline(s) : Histoire de l'art
Date : Soutenance en 2006
Etablissement(s) : Paris 4

Mots clés

FR

Résumé

FR  |  
EN

Un groupe de temples tout à fait exceptionnel se distingue au sein de l’architecture Hoysaḷa. Ces monuments sont construits sur des soubassements ornés de plusieurs frises superposées dont l’une d’elle présente un enchaînement narratif de cycles épiques et kṛṣṇaïte inédit dans la sculpture du sud de l’Inde. Le Mahābhārata, jusqu’alors peu représenté, connaît une popularité égale à celle du Rāmāyaṇa et de la geste de Kṛṣṇa. Cet ensemble d’édifices d’une envergure architecturale et iconographique unique est limité à la fois dans le temps mais aussi géographiquement puisque tous les temples sont situés au cœur du royaume hoysaḷa et ont été construits dans un laps de temps relativement court à savoir un demi-siècle (1120-1268). Ce matériel particulièrement exhaustif nous permet d’étudier les traditions narratives à l’échelle de la région, le Karnataka, lorsque l’on compare ces représentations aux expériences plus anciennes, sous les Cāḷukya et les Cōḻa, ou celles plus tardives dans la sculpture de Vijayanagar, mais également à l’échelle du sud de l’Inde en les rapprochant des traditions narratives Cōḻa. On découvre ainsi la spécificité du genre narratif hoysaḷa.