Thèse soutenue

Quasi de speculo : l'écriture et la parole dans les Saturnales de Macrobe

FR  |  
EN
Auteur / Autrice : Benjamin Goldlust
Direction : Vincent Zarini
Type : Thèse de doctorat
Discipline(s) : Études latines
Date : Soutenance en 2007
Etablissement(s) : Paris 4

Mots clés

FR

Résumé

FR  |  
EN

Si l’oeuvre de Macrobe a été reçue comme une source susceptible d’intéresser telle question d’érudition, on déplore l’absence d’études privilégiant les aspects littéraires des Saturnales. Il s’agit pourtant d’un banquet stylisé pour l’écriture duquel Macrobe élabore un projet innovant. A l’origine de ce silence, la Quellenforschung a ouvertement négligé le souci d’une composition qui se lance le défi de ramener à l’unité organique d’un tout construit, dans lequel l’auteur voit la seule possibilité d’accéder à l’oeuvre d’art, la multiplicité éparse des contenus de savoir. L’étude du système des personnages permet d’appréhender l’économie de la parole et les différents régimes du discours des Saturnales, les convives appliquant l’impératif du spoudaiogeloion, et mêlant les dissertations techniques et les « bons mots ». Grâce à l’appareil de lectures mis en place du fait de la présence de douze orateurs spécialisés, Macrobe élabore une encyclopédie vivante des temps anciens dont la codification précise garantit l’originalité de l’oeuvre. Les modalités dans le cadre desquelles chacun prend la parole, l’orchestre et la passe finalement à son voisin pour que lui aussi apporte son écot à la communauté du savoir qui se dessine, doivent nous renseigner sur la conception du discours que l’oeuvre accrédite et qui constitue une vraie progression dans la définition d’un sermo doctus dont se souviendront la Renaissance et l’âge classique. Abordées ainsi, les Saturnales, qui ont été abondamment lues au Moyen Âge, présentent aujourd’hui encore un intérêt esthétique et poétique qui, sans remettre en cause la valeur documentaire de l’oeuvre, permet d’en apprécier la valeur intrinsèque.