Thèse soutenue

Anna Seghers et la France

FR  |  
EN
Auteur / Autrice : Marie-Laure Canteloube
Direction : Anne Saint Sauveur-Henn
Type : Thèse de doctorat
Discipline(s) : Études germaniques
Date : Soutenance en 2007
Etablissement(s) : Paris 3

Mots clés

FR

Mots clés contrôlés

Résumé

FR  |  
EN

Ce travail de thèse étudie le rapport singulier, complexe et changeant entre l’écrivain Anna Seghers et la France. Il analyse l’accueil des émigrés en France de 1933 à 1939, le cas particulier de l’écrivain (1933-1941) et il confronte le vécu à sa transcription littéraire. De par ses origines rhénanes, sa famille et ses parents, la France a eu pour Anna Seghers, très tôt, une signification particulière. La nécessité de l’exil (Paris/Meudon, Pamiers, Marseille et enfin les Antilles) l’a conduite à découvrir une autre France, bien éloignée de sa vision première, très idéalisée. Cette période est à la fois marquée par un grand dynamisme littéraire mais aussi, au fur et à mesure que la menace nazie s’intensifie, par des difficultés quotidiennes de plus en plus grandes. La réalité vécue n’a plus rien à voir avec l’image rêvée de la jeune Netty. La France, admirée pour ses idées humanistes et révolutionnaires, devient un lieu de cauchemars et de danger absolu. Transit témoigne admirablement de cette période noire pour Anna Seghers et sa famille en France. Aux difficultés matérielles s’ajoutent celles d’ordre psychique. La famille doit fuir à nouveau, le Mexique sera son deuxième pays d’accueil. Au-delà de l’exil, Anna Seghers continue de s’intéresser à la France et d’y séjourner. Après 1945, elle essaye de gommer l’image négative donnée dans Transit. Mais l’intensité de ce qu’elle y a vécu et la douleur ressentie à bien des moments, ne peuvent totalement s’effacer de ses écrits, même si elle tente de redonner une image positive de ce pays qu’elle a aimé et aime malgré tout.