Thèse soutenue

Processus de colonisation d’une parcelle de céréales par les pucerons : origine des fondateurs, dynamique de la colonisation et influence des ennemis naturels

FR
Auteur / Autrice : Virgil Fievet
Direction : Yannick Outreman
Type : Thèse de doctorat
Discipline(s) : Biologie et agronomie
Date : Soutenance en 2007
Etablissement(s) : Rennes, Agrocampus

Mots clés

FR

Mots clés contrôlés

Résumé

FR

Un paysage agricole est constitué d’une multitude d’unités spatiales plus ou moins stables dans le temps. Une culture de céréales constitue l’une de ces unités et représente, pour de nombreux insectes phytophages, un lieu où la ressource est concentrée. Une telle unité n’est toutefois présente que quelques mois dans l’habitat (du semis à la récolte). Cette fugacité impose de ce fait de fortes pressions de sélection sur les populations de phytophages. Les espèces exploitant de tels habitants temporaires vont régulièrement émigrer et coloniser de nouvelles unités et de nombreux facteurs vont influencer la réussite de la colonisation d’une unité de ressource. Les pucerons présentent un très fort potentiel de colonisation d’habitats temporaires : leur capacité à produire des individus ailés leurs permet de coloniser facilement de nouveaux habitats et leur mode de reproduction parthénogénétique leur confère un pouvoir de multiplication considérable. Ce travail porte sur le processus de colonisation du blé par le plus important ravageur des céréales en Europe : le puceron des épis Sitobion avenae. Plus précisément, les objectifs de ce travail son (i) de déterminer l’origine des fondateurs des populations au sein d’une parcelle de blé. (ii) de décrire comment se déroule le processus de colonisation. La colonisation d’un champ est un processus complexe, faisant intervenir des multiples facteurs. Ces résultats permettront de déterminer comment, une fois arrivées dans une parcelle, les populations exploitent l’espace disponible et comment ce processus se traduit d’un point de vue de la distribution des génotypes dans le champ.