Thèse soutenue

Proposition d’un cadre de modélisation pour les applications PLM : application à la gestion de configurations

FR  |  
EN
Auteur / Autrice : Souheil Zina
Direction : Muriel LombardGabriel Ris
Type : Thèse de doctorat
Discipline(s) : Automatique, Traitement du Signal, Génie Informatique
Date : Soutenance le 14/11/2007
Etablissement(s) : Nancy 1
Ecole(s) doctorale(s) : IAEM Lorraine
Partenaire(s) de recherche : Laboratoire : CRAN
Jury : Examinateurs / Examinatrices : Abdelaziz Bouras, Benoît Eynard, Michel Bigand, Pascal Lhoste, Muriel Lombard, Gabriel Ris, Dominique Piolle
Rapporteurs / Rapporteuses : Abdelaziz Bouras, Benoît Eynard

Résumé

FR  |  
EN

La maîtrise de l'information technique se situe au centre des préoccupations actuelles des entreprises. Les réglementations de plus en plus contraignantes et la concurrence forte demandent une rigueur et une réactivité accrue pour répondre aux demandes des clients. L'amélioration de la qualité des produits et la réduction des cycles et des coûts passent par la mise en oeuvre de règles et de moyens de gestion des données techniques tout au long de leur cycle de vie. Cependant, la mise en place d'une solution de gestion du cycle de vie de produit (PLM ou Product Lifecycle Management) reste un exercice difficile. En effet, les problématiques auxquelles les éditeurs et les intégrateurs des applications PLM doivent faire face proviennent du caractère spécifique inhérent aux projets clients, même si la plupart des besoins fonctionnels sont souvent génériques. La complexité croissante des données et le besoin de systèmes évolutifs et flexibles imposent aux éditeurs des applications PLM de capitaliser les connaissances liées à l'ingénierie de leurs produits. Le but de ce travail de recherche consiste à définir un cadre de modélisation et des méthodes de déploiement qui permettent à l'intégrateur de spécifier, concevoir, réaliser et faire évoluer rapidement les applications PLM en prenant en compte les spécificités des clients. L’étude effectuée chez LASCOM sur le progiciel Advitium a consisté, à partir d'un ensemble d'applications PLM existantes, à mettre en place une démarche de « Reverse Engineering » qui a permis de formaliser les concepts nécessaires à la gestion des données techniques, et les spécificités liées à la gestion de configurations de produits.