Thèse soutenue

La relation entre la prévention, la médecine curative et les déterminants de l’assurance santé

FR  |  
EN
Auteur / Autrice : Mohamed Anouar Razgallah
Direction : Laurent Flochel
Type : Thèse de doctorat
Discipline(s) : Sciences économiques
Date : Soutenance en 2007
Etablissement(s) : Lyon 2

Mots clés

FR

Mots clés contrôlés

Résumé

FR  |  
EN

L'objet de cette thèse est d'étudier la relation entre la prévention, la médecine curative et les déterminants de l'assurance santé. La première partie de notre travail de recherche examine la demande de soins curatifs présentant un risque de santé en utilisant un modèle bi varié de décision dans le risque qui sépare les pertes financières des pertes de santé. Nous étudions également la demande d'auto-protection et la demande d'auto-assurance ainsi que les effets de changement dans l'aversion pour le risque de santé et la prudence sur chacune de ces deux demandes. La dernière section de la première partie analyse le subventionnement des médecines curative et préventive. Nous montrons que la relation entre les soins dépend essentiellement de la variation de l'utilité marginale de la richesse en fonction de l'état de santé. Nous montrons également que la prévention secondaire optimale dépend non seulement de la prudence mais aussi de l'impact de la prévention secondaire sur l'état de santé. La seconde partie examine la prévention tertiaire en adoptant une approche intertemporelle. Tout d'abord, nous étudions les propriétés de ce type de prévention dans la Théorie d'Espérance d'Utilité. Ensuite, nous examinons la robustesse de nos résultats dans le cadre de la Théorie Duale du risque de Yaari. Nous montrons que la médecine curative et la prévention tertiaire sont complémentaires et que la prévention tertiaire optimale ne dépend de l'activité préventive primaire. La dernière partie analyse la demande d'assurance santé et le coût du risque de santé dans un contexte où un individu fait face à deux risques de nature différente : un risque de santé et un risque non pécuniaire. Nous examinons l'impact d'un risque non pécuniaire sur la couverture et le coût du risque de santé. Nous montrons que les principaux déterminants de la demande d'assurance santé sont non seulement la corrélation entre le risque de santé et le risque non pécuniaire comme l'ont montré Doherty et Schlesinger (1983a) et l'utilité marginale de la richesse en fonction de l'état de santé (Rey, 2003) mais aussi la manière dont la réalisation du risque non pécuniaire affecte l'utilité marginale de la richesse. Nous montrons également que l'occurrence de la perte non pécuniaire peut réduire le coût du risque de santé.