Thèse soutenue

Mécanismes de reconnaissance des signaux de danger par les cellules dendritiques de la peau et des muqueuses : application à l'étude de l'infection par le VIH dans un modèle de muqueuse vaginale humaine intégrant des cellules de Langerhans

FR  |  
EN
Auteur / Autrice : Marielle Bouschbacher
Direction : Colette Dezutter-DambuyantJenny Valladeau
Type : Thèse de doctorat
Discipline(s) : Immunologie
Date : Soutenance en 2007
Etablissement(s) : Lyon 1

Résumé

FR  |  
EN

A l’interface entre l’immunité innée et adaptative, les cellules dendritiques (DC) jouent un rôle clef dans l’induction de la réponse immunitaire. Dans la peau et les muqueuses, deux types de DC sont présentes : les cellules de Langerhans (CL) dans l’épiderme et les épithéliums et les DC dans le derme et le chorion (DDC). Dans une première partie, nous nous sommes intéressées aux DDC humaines, qui contrairement aux CL, restent méconnues. Les principales caractéristiques phénotypiques et fonctionnelles des DDC humaines isolées ex vivo à partir de derme humain ont été étudiées et notamment leur expression des récepteurs de l’immunité innée tels que les Toll Like Receptor (TLR) ou les lectines de type C. En parallèle, le profil d’expression des TLR par les CL humaines fraîchement isolées a également été analysé. Ainsi, par l’expression différentielle des récepteurs de l’immunité innée, les CL et les DDC joueraient chacune un rôle spécifique dans l’immunité de la peau et des muqueuses. Au sein des muqueuses génitales, plus particulièrement, elles interviennent dans la transmission de l’infection par le Virus de l’Immunodéficience Humaine (VIH). Dans une seconde partie, nous avons examiné les événements précoces dans la transmission du VIH à travers la muqueuse vaginale ainsi que le rôle des CL dans ce mécanisme. Pour cela, nous avons développé, à partir de cellules primaires humaines, un modèle de muqueuse vaginale reconstruite intégrant des CL. Nos travaux ont permis de mieux caractériser les populations de DC de la peau et des muqueuses ainsi que leur potentiel rôle dans l’immunité périphérique, ce qui devrait être utile pour le développement de futures thérapies anti-infectieuses dans lesquelles de telles DC sont ciblées