Thèse soutenue

Modèles transgéniques pour l'étude de la fonction des récepteurs des cellules B et de leur glycosylation

FR  |  
EN
Auteur / Autrice : Sophie Raynal-Duchez
Direction : Michel CognéRaymond Julien
Type : Thèse de doctorat
Discipline(s) : Biologie, Sciences, Santé. Immunologie
Date : Soutenance en 2007
Etablissement(s) : Limoges
Partenaire(s) de recherche : autre partenaire : Université de Limoges. Faculté des sciences et techniques

Mots clés

FR

Résumé

FR  |  
EN

La capacité des lymphocytes à répondre de manière spécifique à un grand nombre d’antigènes étrangers, est le résultat d’un processus de différenciation à l’issue duquel chaque lymphocyte exprime un récepteur unique à l’antigène. Une longue série de processus d’activation et de coopération cellulaire faisant intervenir de nombreuses protéines glycosylées ou pas, est nécessaire avant d’aboutir à la sécrétion d’un anticorps spécifique par une cellule de la lignée lymphoïde B. Cette réponse présuppose l’expression à la surface cellulaire d’une forme membranaire de l’immunoglobuline au sein du récepteur des cellules B pour l’antigène (BCR), dont la spécificité est définie pour chaque clone B. Au cours de ma thèse, je me suis intéressée à la fonction même du BCR et notamment du BCR commuté vers IgA et IgE afin de savoir si une chaîne lourde α ou ε était capable de jouer un rôle similaire à celui d’une chaîne lourde μ et de promouvoir au sein du récepteur B (soit de classe IgA soit de classe IgE) le développement des cellules jusqu’au stade final du plasmocyte sécréteur d’anticorps. Pour cela, nous avons réalisé plusieurs modèles de knock-in portant des BCR modifiés où le gène Cα1 humain dans un cas et Cε humain dans un autre, ont été intégrés par recombinaison homologue au niveau de la région switch μ afin d’obtenir une lignée de souris transgéniques n’exprimant que des IgA ou des IgE. Dans une autre perspective d’étude des phénomènes pouvant modifier la réactivité des récepteurs de surface de la cellule B, nous nous sommes intéressés à la modulation au cours de la différenciation B des phénomènes de glycosylation, ceux-ci constituant les éléments majeurs de maturation post-traductionnelle des protéines et des lipides. Après une première étude glycotranscriptomique, mettant en valeur l’expression de deux gènes distincts tous deux impliqués dans la biosynthèse des glycosaminoglycannes, CsGalNacT1 et Extl1, nous avons voulu étudier d’une manière plus approfondie le rôle de ces enzymes in vivo au cours du développement B en réalisant des lignées de souris transgéniques surexprimant de façon B-spécifique ces deux gènes d’intérêt.