Thèse soutenue

La sensibilité écologique : de la révolte romantique à la crise écologique contemporaine : une analyse sociologique comparée du sentiment de la nature en Occident

FR  |  
EN
Auteur / Autrice : Julia Bardes
Direction : Daniel Boy
Type : Thèse de doctorat
Discipline(s) : Sociologie
Date : Soutenance en 2007
Etablissement(s) : Paris, Institut d'études politiques

Mots clés

FR

Mots clés contrôlés

Résumé

FR  |  
EN

Cette thèse consacrée à l’histoire et à la diffusion des idées de l’écologie en Occident (États-Unis et Europe occidentale) s’intéresse aux structures mentales collectives participant de l’ouverture plus ou moins grande d’une société aux nouvelles thèses de l’écologie, selon les traditions de pensée, les constructions culturelles de la nature, les cultures religieuses et politiques à l’œuvre au sein d’un pays déterminé. Deux cas d’étude ont tout particulièrement mobilisé notre attention : l’Allemagne et les États-Unis qui, en sollicitant des imaginaires de la nature puissants et une réflexion intellectuelle environnementale féconde, se révèlent comme des matrices privilégiées à l’analyse des valeurs collectives, éthiques, idéologiques attachées à la protection de la nature, des courants de pensée à l’œuvre dans l’imaginaire environnemental collectif, du discours constitué à l’opinion publique. Cette approche contextualisante des cultures écologistes émergentes s’ouvre sur une réflexion plus large sur les « affinités électives » qui relient l’écologisme au protestantisme en confrontant l’argumentation historique à l’analyse empirique des représentations sociales européennes de la nature et de l’environnement.