Thèse soutenue

Pratiques de soin dans le cancer colorectal : approche descriptive et intérêt de différents modèles de survie pour l'étude des pratiques diagnostiques et thérapeutiques

FR  |  
EN
Auteur / Autrice : Amel Mahboubi
Direction : Claire Bonithon-KoppCatherine Quantin
Type : Thèse de doctorat
Discipline(s) : Médecine. Santé publique. Biostatistiques
Date : Soutenance en 2007
Etablissement(s) : Dijon

Résumé

FR  |  
EN

Le besoin d’une évaluation des pratiques de soin s’est fait sentir dès la fin des années 1980 et a conduit à la création de différentes agences d’évaluation. La connaissance de la diffusion des nouveaux moyens diagnostiques et thérapeutiques au sein de la profession médicale, de leurs effets sur la santé et de leur impact sur l’organisation des soins est essentielle pour l’amélioration de l’efficience des systèmes de santé. Ce travail s’est centré sur deux approches d’évaluation des pratiques de soin dans le cancer colorectal. La première approche repose sur les méthodes de l’épidémiologie descriptive. Elle porte sur la place des différents intervenants dans le système de soins. Dans ce travail, nous avons étudié, sur une base de population couverte par un registre, les places respectives du médecin généraliste et du gastroentérologue dans la surveillance des cancers colorectaux réséqués à visée curative. Cette étude souligne la place complémentaire des médecins généralistes et des hépatogastroentérologues dans surveillance clinique et dans la prescription des examens complémentaires recommandés par la conférence de consensus de 1998. La seconde approche repose sur l’étude de la survie des cancers. Les estimations de la survie permettent en effet d’évaluer l’impact de la prise en charge préventive, diagnostique et thérapeutique des cancers et, par une meilleure connaissance des facteurs pronostiques, de proposer des améliorations. Dans ce travail, nous avons développé et implémenté un modèle de survie relative modélisant les effets des facteurs pronostiques continus en s’affranchissant d’hypothèses sous-jacentes aux modèles existants et rarement vérifiées en pratique carcinologique. La modélisation flexible à l’aide de fonctions B-splines de facteurs continus a permis de réévaluer l’impact de l’âge et de l’année du diagnostic sur le risque de mortalité due au cancer du côlon. Mots clés : Pratiques de soin, cancer colorectal, médecin généraliste, gastroentérologue, survie relative, hypothèse des risques proportionnels, hypothèse de log-linéarité des risques.