Thèse soutenue

Éducation, croissance et développement : analyse théorique et vérification empirique

FR  |  
EN
Auteur / Autrice : Khadija El Mahjoubi
Direction : René Teboul
Type : Thèse de doctorat
Discipline(s) : Sciences économiques
Date : Soutenance en 2007
Etablissement(s) : Aix-Marseille 2
Partenaire(s) de recherche : Laboratoire : Centre d'économie et de finances internationales (Les Milles, Bouches-du-Rhône)

Mots clés

FR

Mots clés contrôlés

Résumé

FR  |  
EN

Dans le cadre de cette thèse, nous avons essayé de déterminer l’impact de l’éducation sur la croissance au Maroc. La thèse est répartie en deux parties, la première expose l’essentiel de l’approche micro-économique de la relation « éducation-salaire » développée dans les cours d’économie de l’éducation des années 70. La synthèse de la littérature rend compte également de l’approche macroéconomique de la relation et s’élargit aux travaux plus récents de Paul Romer pour lequel les nouveaux moteurs de la croissance sont la connaissance et la technologie. Dans la seconde partie, après avoir décrit l’organisation du système éducatif marocain et rappelé le contexte économique et démographique de ce pays, nous mesurons à partir des données marocaines l’impact de l’éducation sur la croissance de ce pays. Deux modèles économétriques ont été explorés, le premier qui est le modèle à une équation, est consacré à l’étude du lien entre les niveaux d’éducation et la croissance économique. Au terme de cette analyse économétrique, des résultats importants sont mis en évidence, notamment quant à l’importance du rôle de l’enseignement primaire et secondaire dans le processus de croissance ou de celui de la parité entre les deux sexes comme pivot du développement. Les résultats de la deuxième approche (par la méthode de cointegration de Johansen, 1995) suggèrent qu’en dehors de la relation de long terme qui existe entre l’éducation, la croissance démographique et la croissance, il y a aussi une causalité de long terme où la croissance économique affecte l’éducation et la baisse de la fécondité. En effet, les possibilités d’investissement et l’amélioration de la situation des individus, en particulier des femmes, sur le marché du travail, elles les poussent à s’investir dans l’éducation et à participer plus à la population active.