Thèse soutenue

Etude de la population stellaire galactique des relevés X du satellite XMM-Newton

FR  |  
EN
Auteur / Autrice : Olivier Hérent
Direction : Christian Motch
Type : Thèse de doctorat
Discipline(s) : Astrophysique
Date : Soutenance en 2006
Etablissement(s) : Université Louis Pasteur (Strasbourg) (1971-2008)

Mots clés

FR

Mots clés contrôlés

Résumé

FR  |  
EN

L'astronomie X s'est pourvue en 1999 du satellite européen XMM-Newton qui permet de sonder très profondément les sources X jusqu'à des distances de l'ordre du kilo-parsec sur un large champ de vue (30') et une grande gamme d'énergie (0. 2-12 keV). Le but de cette thèse est d'analyser en détail les populations stellaires de la Galaxie contenues dans le relevé en rayons X de ce satellite. Bien que l'observatoire XMM-Newton soit situé hors de l'atmosphère terrestre, la résolution de ses télescopes X est bien moins importante que celle des télescopes optiques au sol. Ceci nécessite donc une identification des sources optiques responsables de l'émission X et des études spectroscopiques supplémentaires. Le premier travail a consisté à essayer d'identifier certaines contreparties à partir de la photométrie Halpha. J'ai pu montrer que l'imagerie Halpha est une technique très utile pour l'identification des sources XMM-Newton dans le plan galactique. Elle a permis principalement l'identification d'étoiles Me actives ainsi que de quelques sources accrétantes. Dans un deuxième temps, j'ai analysé les étoiles dans des champs XMM-Newton du plan galactique. Leur paramètres, et la comparaison avec des modèles de population stellaire émettant en rayons X, peuvent être utilisés pour contraindre l'augmentation des échelles de hauteur des populations stellaires jeunes avec l'âge. Enfin, cette modélisation a été améliorée grâce à l'étude d'un échantillon d'étoiles préparé par mes soins. Les modèles représentent très bien les observations sur plus de 5 ordres de grandeur en flux. A basses latitudes, il fut cependant nécessaire de modifier un paramètre pour rendre compte de l'absorption interstellaire.